Mardi 18 septembre 2018

Rendez-vous de printemps

Par Roxana Azimi · Le Journal des Arts

Le 26 mars 2008 - 695 mots

Art Paris fête sa dixième édition du 3 au 7 avril en renforçant encore la qualité de ses exposants
- À côté du volet commercial, le salon propose une exposition sur l’art des pays arabes.

 Entre la première édition d’Art Paris en 1999 et celle qui s’annonce, il n’y a pas vraiment photo. En se débarrassant de son petit musée des horreurs, la foire a gravi les échelons sans coup de cravache, pour finalement se renouveler à hauteur de 90 %. « Nous n’avons jamais dévié de notre route, ni cédé aux pressions des uns et des autres. Nous avons gardé notre concept de base en l’améliorant chaque année », souligne Caroline Clough-Lacoste, codirectrice de la foire. Première greffe off de la Foire Internationale d’Art Contemporain (FIAC), Art Paris a bénéficié du rétrécissement et de la sélectivité accrue de cette dernière. Le basculement printanier, l’installation depuis deux ans au Grand Palais et le lancement du Prix du dessin contemporain de la Fondation Guerlain ont aussi accéléré le processus. « D’une petite foire qualifiée de provinciale, composée de refusés, on est devenu un acteur à part entière du marché, avec une identité de niche. On a tenu cette position vis-à-vis de la peinture, un médium qui n’a pas toujours été reconnu sur d’autres salons. Il y a eu un rajeunissement de la foire, sans qu’on fasse de jeunisme », observe Henri Jobbé-Duval, codirecteur de l’événement. Et de rajouter : « Nous sommes restés fidèles au principe qu’une foire en France devait défendre le travail des galeries françaises tout en s’ouvrant aux galeries étrangères. »

Paysage classique
Malgré quelques poches de résistance, motivée par la crainte de perdre son sésame à la FIAC, Art Paris a réussi l’an dernier à rallier les Parisiens Nathalie Obadia et Laurent Godin. « Cette année, plus personne ne parle de faire attention à son image, affirme Nathalie Obadia. Art Paris fait partie du paysage français. » Un paysage toutefois classique, pour ne pas dire plan-plan. Les exposants jouent sur du velours, du feutré, ou sur les « vieux amis » sortis de leur naphtaline. « Art Paris n’est pas une foire à l’Anglo-Saxonne, qui s’attache aux derniers élèves sortis des écoles des beaux-arts pour faire in, in, in, défend Denise Cadé (New York), en prévoyant une exposition personnelle de Titus-Carmel. Le public d’Art Paris ne cherche pas le dernier cri à tous crins. Il assume ses choix, n’a pas besoin qu’on lui dise ce qui est bien et ce qui ne l’est pas. » Une audience à même d’apprécier les peintures griffées d’écritures ou striées de bandes noires et blanches de Georges Noël chez Thessa Herold (Paris).

Figuration Narrative
Les trublions de la Figuration Narrative siégeront en majesté sur plusieurs stands, en avant-goût de l’exposition à partir du 16 avril aux Galeries nationales du Grand Palais. À la différence près que les marchands viennent avec des œuvres récentes. Lelia Mordoch (Paris) donne la parole à Bernard Rancillac ; Sonia Zannettacci (Genève) met en scène Jacques Monory ; tandis que Patrick Bongers (Galerie Louis Carré & Cie, Paris) accroche la série Flash-Back de Gudmundur Erró. La foire s’ouvre, cette année, à la photographie, en installant quinze galeries de photos, notamment M B (Los Angeles) sous les mezzanines. Un médium qui se décline aussi dans le reste du parterre, notamment chez Éric Dupont (Paris) avec Regina Virserius. RX (Paris) propose de son côté une exposition personnelle de Georges Rousse, mise en bouche avant son exposition à la Maison européenne de la photographie, à Paris, à partir du 9 avril, puis du 11 avril en galerie. Nouvelle recrue très prometteuse, Christophe Gaillard (Paris) joue le grand jeu avec précisément de très grands formats, notamment un clown sidérant de Cindy Sherman. Art Paris fait enfin amende honorable, en renonçant opportunément au Parcours sculpture, proche de la foire à la ferraille, au profit de pièces uniques. Reste à voir si le public très français, composé de fortunes moyennes, consentira à ouvrir son portefeuille. Réponse en avril.

ART PARIS

- Directeurs : Caroline Clough-Lacoste et Henri Jobbé-Duval
- Nombre d’exposants : 115
- Tarif des stands : 340 euros le m2
- Nombre de visiteurs en 2007 : 38 000

- ART PARIS, 3-7 avril, Grand Palais, Avenue Winston Churchill, 75008 Paris, www.art paris.fr tlj 11h-21h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°278 du 28 mars 2008, avec le titre suivant : Rendez-vous de printemps

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque