Mercredi 12 décembre 2018

Pont du Gard : la lumière sera

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 12 mai 2000 - 138 mots

NÎMES - Malgré les réserves suscitées par le projet (lire le JdA n° 102, 31 mars), la Direction de l’Architecture et du Patrimoine a autorisé la mise en lumière du Pont du Gard par l’artiste américain James Turrell, à une exception près.

L’éclairage de l’aqueduc a été refusé, car il aurait nécessité l’installation d’une câblerie trop importante dans un boyau que l’on voudrait ouvrir à la visite. En revanche, elle n’a vu aucune objection à l’illumination des arches, préconisant une solution duale. Sur le tablier principal, les projecteurs seront encastrés, tandis que, sur le petit tablier, qui supporte les 27 arches du troisième niveau, câbles et spots seront accrochés grâce à un système de chevilles. Celles-ci seront fixées dans les joints, avec, à terme, des risques d’infiltration. Prévue début juin, l’inauguration de cette installation pourrait cependant être retardée.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°105 du 12 mai 2000, avec le titre suivant : Pont du Gard : la lumière sera

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque