Dimanche 20 septembre 2020

Architecture

Philharmonie, Un nouveau décompte

La chambre régionale des comptes estime le coût de la construction à 535 M€ au lieu de 389 M€

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 27 septembre 2016 - 486 mots

PARIS - La chambre régionale des comptes (CRC) de la région Île-de-France a refait les additions. Selon la juridiction, le budget final de construction de la Philharmonie de Paris n’est pas de 389 millions d’euros, comme le futur établissement public l’avait indiqué lors de l’ouverture en janvier 2015, mais de 535 millions d’euros.

Pour la CRC, « par rapport à l’estimation du “préprogramme” de septembre 2006, ce chiffrage marque un triplement (3,1). En le rapportant aux conditions économiques de septembre 2006 (446,90 M€), le coût est multiplié par 2,6 ». La chambre exerçant son contrôle sur les collectivités locales, c’est la Ville de Paris, mise en cause dans ce rapport, qui a répondu en contestant ces chiffres et leur mode de calcul. S’agissant du chiffre de départ, elle considère que les 173 millions d’euros du préprogramme ne couvrent pas l’intégralité du périmètre des coûts finaux et qu’il faut par ailleurs prendre en compte l’inflation. Cette réactualisation faite, la Ville aboutit à un budget initial de 294 millions après avoir été réactualisé selon le périmètre et le coût de la vie en 2015. En revanche, elle ne dit rien du montant définitif de la chambre (535 millions), préférant en rester au chiffrage officiel de 389 millions, ce qui lui permet de ramener l’augmentation des coûts à 32 %. Un peu gênée, la Ville est cependant bien obligée d’admettre cette dérive budgétaire de près de 100 millions d’euros.

Parmi les surcoûts, la chambre pointe une décision de la Ville de Paris relative au financement de la construction. Celui-ci a été principalement supporté par l’État et la Ville (et dans une moindre mesure par la Région). Mais alors que l’État a emprunté directement le montant à sa charge, la Ville de Paris a préféré laisser l’association de préfiguration qui portait la Philharmonie emprunter elle-même et lui rembourser le prêt sur dix ans tout en garantissant l’emprunt obligataire auprès de la banque (la Société générale). La chambre estime que, en empruntant directement, la Ville aurait pu économiser 20 à 25 millions d’euros sur les 234,5 millions que lui coûtera au total l’opération. Dans sa réponse, le secrétaire général de la Ville conteste là aussi un « biais méthodologique » de la chambre et estime le surcoût à « seulement » 6,3 millions d’euros. Il ajoute que la Ville est en train de renégocier sa garantie avec la Société générale, espérant économiser 4 millions d’ici à la fin de l’emprunt.

Au passage, la chambre révèle que le montant des honoraires de l’architecte Jean Nouvel a augmenté de 40 %, passant de 16,3 millions à 23,17 millions d’euros, mais que la Cité de la musique-Philharmonie de Paris a retenu près de 3 millions d’euros sur sa rémunération. Alors que le succès du lieu, en termes d’affluence dans les expositions et dans le grand auditorium, est salué par tous, les démêlés entre le maître d’œuvre et le maître d’ouvrage ne sont pas terminés.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°464 du 30 septembre 2016, avec le titre suivant : Philharmonie, Un nouveau décompte

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque