Année de la Chine

Passion céladon

Le Journal des Arts

Le 10 octobre 2003

Perpétuant depuis plusieurs générations la tradition de l’art porcelainier, la société familiale Bernardaud soutient également, par l’intermédiaire de sa fondation d’entreprise, la création céramique contemporaine. Reconverti en structure muséographique, le site originel de la manufacture, à Limoges, accueille artistes en résidence et expositions. Dans le cadre de l’Année de la Chine, une trentaine de céladons d’hier et d’aujourd’hui illuminent ses anciens locaux – un four-tunneldatant de 1949 et mesurant 35 mètres de long.Désignant les céramiques dont la couverte, contenant de l’oxyde de fer, peut prendre toutes les nuances de vert lors de la cuisson, le céladon apparaît en Chine dès le XVe siècle avant notre ère.
Mais il atteint son apogée sous la dynastie des Song (960-1279), comme en attestent des vases, verseuses et brûle-parfums allant du XIe au XIIIe siècle. Remise au goût du jour par de nombreux céramistes, cette matière satinée et translucide inspire aujourd’hui des créateurs tels que Claude Champy, Jean-François Fouilhoux, Jean Girel, Valérie Hermans, Emmanuel Boos ou Masamichi Yoshikawa, dont sont montrées des pièces d’exception.

LE CÉLADON, CÉRAMIQUES D’HIER ET D’AUJOURD’HUI

Jusqu’au 31 octobre, Fondation d’entreprise Bernardaud, 27 av. Albert-Thomas, 87000 Limoges, réservations au 05 55 10 21 86, tlj sauf dimanche 9h-16h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°178 du 10 octobre 2003, avec le titre suivant : Passion céladon

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque