An 2000

Paris fourre-tout

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 11 août 2008

Paris affiche un catalogue fourre-tout pour la célébration du passage du millénaire. La Mairie regroupe sous ce label des manifestations déjà programmées sans aucune relation avec l’an 2000, et des événements spécifiques allant d’un cadran solaire géant à une fresque historique sur la Seine orchestrée par Robert Hossein. À défaut d’avoir des idées forces, Jean Tiberi assure « avoir fait le choix du cœur », celui de « la taille humaine » contre « le surdimensionné ».

PARIS - Symbole de Paris, la tour Eiffel scintillera de 20 000 éclairs le 31 décembre. 5 000 ampoules installées sur l’armature de chaque face s’allumeront alternativement, de façon aléatoire, comme des flashes. Le compteur lumineux affichant depuis le 6 avril 1997 chacun des mille jours nous séparant de l’an 2000 égrènera, ce soir-là, les heures, les minutes et les secondes du siècle finissant, avant l’instant 2000. Cet éclairage sera signé par l’ingénieur éclairagiste de la Tour, Pierre Bideau, un Tourangeau de 57 ans qui a conçu le nouvel éclairage du monument il y a treize ans.

Le logo de Paris 2000 est un pont évoquant les arches du Pont-Neuf. La Seine sera donc très sollicitée. Du 2 au 5 septembre 1999, elle accueillera un festival mondial de pyrotechnie. Une douzaine d’équipes d’artificiers “mettront le feu” sur plusieurs sites bordant le fleuve, voire depuis son lit. À partir de novembre 1999, les 36 ponts seront illuminés chaque nuit, et un accès direct au fleuve sera ménagé en prolongement des jardins André Citroën. Au printemps 2000, des installations de Land Art occuperont les jardins jouxtant la Seine. En septembre 2000, “Champs nautiques”, une manifestation mise en scène par Gad Weil (inspirateur des “Champs d’aviation” sur les Champs-Élysées), illustrera les activités fluviales et maritimes, des bateaux de pêcheurs aux plates-formes pétrolières.

Le 14 juillet 2000, Robert Hossein sera le chef d’orchestre, le long du fleuve, d’une rétrospective de l’histoire de France et de Paris, “De Lutèce à l’an 2000”, avec apothéose à la Concorde, aux Invalides et sur le Champ-de-Mars. Grande parade internationale le “jour de l’an” 2000, village de neige au Trocadéro, concert gratuit de Johnny aux Champs-Élysées, Paris aura aussi ses “records” – le plus grand cadran solaire du monde sur la place de la Concorde, le plus grand ballon captif, une roue géante, un Mondial de boxe sous la tour Eiffel... – et ses inévitables colloques : États généraux de la solidarité réunissant toutes les organisations caritatives pour résoudre l’exclusion, États généraux de l’environnement, colloques sur le Droit, les mathématiques, le cancer, sommet des maires du monde...

En septembre, les Champs-Élysées redeviendront un “champ de sculpture”, avec un volet contemporain, et Clara Halter et Jean-Michel Wilmotte inscriront des “messages pour la paix” sur le parvis de Chaillot. Le Mois de la Photo coïncidant avec l’an 2000, Paris sera en novembre “la capitale mondiale de la photographie”, tandis que Keiichi Tahara aura installé ses “échos de lumière”, des projecteurs illuminant le canal Saint-Martin.

Avoir 20 ans en l’an 2000

Tous les jeunes Français nés en 1980 sont conviés par la Mission 2000 en France à participer à l’opération “L’Europe des 2 000 jeunes�?. 2 000 d’entre eux, choisis par tirage au sort, pourront partir pour un mois, entre le 15 juin et le 15 septembre de cette année, en voyage à travers l’Europe afin d’y réaliser des reportages. Il leur suffit d’adresser à la Mission, avant le 27 février, un bulletin de participation ou de se connecter sur Minitel ou l’Internet (NRJ et France-Télévision relaient toute la campagne d’information et d’inscription). Outre leurs coordonnées, ils doivent s’engager à réaliser pendant leur voyage quatre récits de rencontres et un reportage global. Cinq itinéraires au choix leur sont proposés. Chacun passe par quatre villes, une par point cardinal, et chaque étape devrait durer une semaine. Ils pourront ainsi visiter soit Saint-Pétersbourg, Dublin, Berlin et Istanbul, soit Budapest, Londres, Hanovre et Lisbonne, soit Tallin, Amsterdam, Stockholm et Athènes, soit encore Cracovie, Dubrovnik, Helsinki et Rome, soit enfin Prague, Bruxelles, Vilnius et Barcelone. Les jeunes élus choisiront leur itinéraire en fonction de leurs affinités et du genre de reportage : écrit, photographique, audiovisuel, mais aussi plutôt politique, économique, culturel, sportif... Selon leur choix, ils seront parrainés par un organe de presse. La Mission 2000 fournit les billets de transport, une carte téléphonique internationale, une assurance voyage tous risques, et leur offre 2 000 francs pour aider à régler leurs frais d’hébergement et de nourriture, tandis que d’autres partenaires consentent des bons de réduction.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°76 du 5 février 1999, avec le titre suivant : Paris fourre-tout

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque