Dimanche 25 octobre 2020

Serres d’Auteuil

Nouveau rebondissement à Roland-Garros

Le Journal des Arts

Le 25 février 2015 - 532 mots

Le rapport commandé par le ministère de l’Écologie relance le débat sur le projet d’extension de Roland-Garros sur les serres d’Auteuil. Le match pour remporter les JO de 2024 s’annonce serré.

PARIS - L’extension de Roland-Garros sur les serres d’Auteuil semblait entendue. Mais un rapport d’expertise du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), rendu public à la mi-février, vient de jeter une nouvelle pierre dans le jardin de la Fédération française de tennis (FFT) en affirmant la faisabilité du projet alternatif des associations de défense des serres d’Auteuil, pourtant rejeté en novembre par une enquête publique. En clair, un nouveau joueur vient d’entrer sur le court : la ministre de l’Écologie Ségolène Royal, qui s’était faite discrète jusqu’à présent sur le sujet, semble vouloir maintenant peser dans le match qui oppose depuis des années maintenant la FFT et les associations de défense des serres. Après avoir attaqué en 2013 le projet du nouveau Roland-Garros qui prévoit une extension sur les serres d’Auteuil, les associations ont proposé un projet alternatif fondé sur la couverture de l’autoroute A13 à l’orée de la Porte d’Auteuil, qui permettrait de conserver les Serres dans leur état originel. Le rapport de la CGEDD conclut à « la faisabilité technique de la couverture de l’autoroute » en précisant, contrairement à l’enquête publique de novembre, qu’« aucun obstacle juridique ne s’oppose à la réalisation du projet alternatif ».

L’objectif olympique contrarié
Le rapport, qui ne présente aucune donnée nouvelle mais préconise une étude de faisabilité en bonne et due forme, a déclenché l’ire du président de la FFT, soutenue depuis le début par les pouvoirs publics. En effet, la Mairie de Paris, sous Bertrand Delanoë puis sous Anne Hidalgo, a porté le projet. « Alors que le commissaire enquêteur a donné un avis favorable au projet d’extension de Roland-Garros et que la commission départementale des sites l’a également approuvé, je m’inquiète du retard pris par ce projet indispensable au maintien de ce tournoi international à Paris », s’alarme Anne Hidalgo dans un communiqué. Au ministère des Sports également, ce nouvel acte dans l’affaire irrite, retardant encore un peu plus la délivrance des permis de construire déposés en juillet 2013. La perspective de la candidature de Paris au Jeux olympiques de 2024 est dans tous les esprits : si des travaux de couvrement de l’autoroute sont préconisés, il semble évident que les équipements ne seront pas prêts à temps. De fait, ne manque plus que l’aval du ministère de l’Écologie dans la signature des trois permis de construire, puisque les serres d’Auteuil dépendent du code de l’environnement. Dans le Journal du dimanche, la ministre, riveraine des Serres, s’explique : « Il va y avoir des contentieux. Alors ne vaut-il pas mieux bien faire les choses en amont et avoir des bases juridiques solides lorsque les permis seront délivrés plutôt que de les voir annulés par la suite ? C’est un très mauvais calcul de la fédération de vouloir passer en force, surtout sur un site classé ». Le dernier mot reviendra à la ministre, que les dernières affaires de Sivens et du Center Parcs de Roybon ont rendue prudente. Les associations de défense semblent s’être trouvées un nouvel allié.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°430 du 27 février 2015, avec le titre suivant : Nouveau rebondissement à Roland-Garros

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque