Mardi 11 décembre 2018

Najia Mehadji - Peintre

Par Céline Garcia-Carré · L'ŒIL

Le 29 août 2018 - 367 mots

Peintre -  Si la danse, la musique et l’architecture fascinent Najia Mehadji, elle choisit dès l’enfance de s’exprimer à travers la peinture, reproduisant de petites cartes postales de paysages de bord de mer ramenées de vacances.

Najia Mehadji
Najia Mehadji
Photo Leila Alaoui

Pourquoi ? « Pour le rapport à la main, la trace du geste qui reste », répond-elle au milieu de son atelier d’Ivry-sur-Seine, où l’espace et le blanc prédominent. L’harmonie qui s’en dégage rend le lieu propice à l’expression de ce qui caractérise le travail de l’artiste : la liberté du mouvement dont la toile devient le réceptacle, capturant l’empreinte de ce qui a été, mémoire de l’élan vital. L’exposition « La trace et le souffle », qui lui est consacrée au Musée d’art moderne de Céret jusqu’au 4 novembre, présente des toiles que l’artiste n’a jamais souhaité vendre, pensant un jour qu’elles seraient exposées au public, chose désormais faite. Cette rétrospective illustre ses explorations de la forme : tantôt celle du geste brut dont subsiste la puissance d’un trait monochrome, tantôt les motifs de la coupole, du drapé ou encore de la fleur, révélant une « calligraphie » singulière. Née en 1950, Najia Mehadji grandit à Paris tout en allant régulièrement voir sa famille à Fès. Diplômée de l’École des beaux-arts de Paris, elle commence à exposer dès les années 1980 dans des galeries parisiennes et, depuis 1985, elle partage sa vie entre son atelier de Paris et celui du Maroc situé près d’Essaouira. Ce va-et-vient physique et esthétique, trait d’union entre ses deux cultures fondatrices, est un art de l’équilibre : celui d’une artiste qui, dans un monde en mouvement perpétuel empreint d’un instantané consumériste, insuffle à travers sa peinture la beauté de la permanence.

 

1950
Naissance à Paris, séjourne régulièrement à Fès
1973
Diplômée des Beaux-Arts de Paris
1985
Partage sa vie entre Paris et Essaouira
2009
Exposition collective « elles@centrepompidou » au Musée national d’art moderne Georges Pompidou (Paris) et « Traversées » pendant le Festival Mawazine (Rabat)
2010
Expose à la Foire d’art contemporain de Dubaï, participe à l’exposition « Résonances » au Musée de Marrakech ainsi qu’à Marrakech Art Fair (Galerie Shart de Casablanca)
2011
Exposition collective « Architectures/Dessins/Utopies » au Musée national d’art contemporain de Bucarest
2018
Exposition à la Philharmonie de Paris dans le cadre d’« Al Musiqa »

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°715 du 1 septembre 2018, avec le titre suivant : Najia Mehadji - Peintre

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque