Art contemporain

Les Frac jouent aux quatre coins

Sept expositions pour la promotion des collections régionales

Sous le titre \"Collections en mouvement\", les Fonds régionaux d’art contemporain (Frac) vont bénéficier à l’automne d’une première manifestation de grande ampleur à travers toute la France. Elle ne se veut pas un bilan de leur activité, mais entend souligner le dynamisme et la diversité de leurs collections.

PARIS - De septembre à décembre, plus de dix ans après leur création, les Frac se verront offrir l’occasion d’une véritable reconnaissance publique aux quatre coins de la France. Associés pour cette opération, six centres d’art et un musée ont organisé des expositions thématiques qui cherchent à refléter la diversité des collections régionales et à mettre en pièces le reproche d’uniformité qui leur est souvent adressé.

Chaque centre a ainsi puisé selon ses intérêts dans le catalogue de plus de 10 000 œuvres acquises. À l’abbaye Saint-André de Meymac, la photographie sera à l’honneur (exceptionnellement dès le 8 juillet).

Contrairement aux musées d’art contemporain qui se sont rarement doté d’un cabinet photographique, ainsi que le souligne Alfred Pacquement, délégué aux Arts plastiques, ce nouveau médium occupe dans les collections une place prépondérante qu’il convenait de mettre à l’honneur.

"Artistes/architectes" : telle est l’ambiguïté qu’a choisi d’illustrer Jean-Louis Maubant au Nouveau Musée de Villeurbanne à partir du 7 octobre, tandis que le thème de la collection, tel qu’il est mis en pratique par les artistes, sera au centre de l’exposition organisée au Centre de création contemporaine de Tours, à partir du 13 octobre.

Les années 80-90 seront privilégiées au Musée d’art moderne de Villeneuve d’Ascq, comme pour mieux indiquer que l’une des vocations essentielles des Frac est de s’intéresser de près à la création la plus récente.

Deux expositions plus trans­versales : "Le domaine du diaphane" reprend un thème cher à Denys Zacharopoulos, qui articule la question du rapport de l’œuvre au site dans lequel elle se présente. Le domaine de Kerguéhennec, qui possède de nombreuses sculptures en plein air, vérifiera la capacité des œuvres à se déplacer d’un endroit à l’autre, dès le 23 septembre. "L’effet cinéma" se tiendra à Paris, au Musée du Luxembourg, clin d’œil au centenaire du septième art, du 17 octobre au 17 décembre.

La dimension internationale des Frac a souvent été fustigée ou exaltée : "Peintures françaises", au Capitou de Fréjus, remettra en valeur le patrimoine franco-français, qui n’a pas été trop affecté par un régionalisme de mauvais aloi, comme se plaisent à rappeler les représentants du ministère de la Culture.

Cette première manifestation veut surtout insister sur le fait que les œuvres acquises ne sont pas seulement un moyen d’allonger des listes, mais qu’elles peuvent trouver une véritable utilité dans des expositions importantes. Un livre publié par les éditions Flammarion rendra compte de l’ensemble des expositions, et un colloque se déroulera au Conseil de l’Europe de Strasbourg les 23 et 24 novembre.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°15 du 1 juin 1995, avec le titre suivant : Les Frac jouent aux quatre coins

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque