Mercredi 12 décembre 2018

Les Buttes en butte

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 8 septembre 2000 - 251 mots

Le centre d’art des Buttes-Chaumont, à Paris, fera-t-il les frais des prochaines luttes électorales ? La droite et l’extrême droite d’Île de France ont refusé de verser la subvention nécessaire.

PARIS - Obtenu de haute lutte face à une filiale du groupe Bouygues, le local de 600 m2 sis à l’intérieur d’un complexe de logements et de commerces construit sur le terrain des anciens studios de la SFP, cherche encore à trouver un financement avant de devenir “Le Plateau”. Avec ce projet original de centre d’art (lire le JdA n° 90, octobre 1999), l’artiste Éric Corne, président de l’Association de préfiguration du Plateau (C.A.B.C.), entend proposer aux habitants “d’appréhender autrement l’art contemporain” tout en “redonnant au quartier des Buttes-Chaumont sa vocation culturelle”. “Chacun reconnaît qu’il s’agit d’une initiative remarquable”, souligne David Caméo, conseiller pour les arts plastiques de la ministre de la Culture. Mais, lors du vote du budget de fonctionnement du lieu, le 8 juin dernier, par la commission permanente du conseil régional d’Île de France, la droite et l’extrême droite ont mêlé leurs voix pour repousser l’attribution d’une subvention d’un million de francs. À quelques mois des élections municipales, le groupe RPR ne semble pas souhaiter aider ce projet situé dans un arrondissement passé à gauche en 1995. Malgré cette décision, la ministre a confirmé son engagement pour cette initiative qu’elle qualifie de “remarquable”. Un nouveau vote au conseil régional devrait intervenir fin septembre. Espérons que des considérations politico-politiciennes ne l’emporteront pas cette fois sur la pertinence du projet.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°110 du 8 septembre 2000, avec le titre suivant : Les Buttes en butte

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque