Dimanche 18 février 2018

Les Brèves : Vente Windsor, Van Gogh, Monticelli, Aldo Rossi...

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 25 septembre 2009

Vente Windsor : Sotheby’s a reporté sine die la mise aux enchères des 40 000 souvenirs du duc et de la duchesse de Windsor qui aurait dû avoir lieu à New York, du 11 au 19 septembre. Après la mort de son fils et de Lady Diana, Mohamed Al Fayed, en accord avec Sotheby’s, a décidé de différer “la dernière dispersion royale de ce millénaire”. L’adjudication en 3 200 lots des objets que contenait la demeure parisienne du couple Windsor pourrait intervenir début 1998, pour laisser passer un "intermède approprié". Vaisselle, linge de maison, mobilier, vêtements, objets de toilette, lettres d’amour, photos de la famille royale britannique, et jusqu’à un morceau du gâteau de mariage du duc et de la duchesse, qui seront dispersés en dix-huit vacations, sont estimés entre trente et quarante millions de francs.

Un tableau de Van Gogh et un autre de Monticelli ont été volés dans la nuit du 3 au 4 septembre au Musée royal des beaux-arts d’Anvers. Les cambrioleurs, entrés par effraction, ont également tenté de dérober une œuvre de Degas, mais ils ont été surpris par le veilleur de nuit du musée, avant de prendre la fuite. Ce tableau a toutefois été endommagé. La toile de Van Gogh, La grille de pommes de terre, est estimée à près de 800 000 dollars, et celle de Monticelli, Personnages dans un parc, à près de 80 000 dollars.

Aldo Rossi, 66 ans, est décédé le 4 septembre des suites d’un accident de voiture, alors qu’il achevait la réalisation d’un immeuble d’habitation à Berlin. L’architecte italien est notamment l’auteur en France du Centre d’art contemporain de Vassivière (Limousin), du Musée de Maastricht aux Pays-Bas, de l’École d’architecture de Miami, d’un hôtel à Fukuoka. Il avait publié en 1961 L’Architecture de la ville.

Sylvain Dubuisson vient de réaménager l’intérieur de la célèbre pâtisserie japonaise Toraya, rue Saint-Florentin à Paris. À l’entrée, les élégants petits gâteaux sont désormais présentés sur un grand plateau ovale en cuivre sous un verre bombé. Le plafond du salon de thé en bois foncé, comme une coque de bateau inversée, reprend en quatre vagues le rythme de la façade. Banquettes et fauteuils sont en cuir gris pâle ou rouge orangé et à piétement de cuivre, les tables en bois de noyer. Tout est aussi raffiné que la pâtisserie.

Élisabeth Guigou dans les meubles de François Mitterrand. Le garde des Sceaux a repris le bureau et les canapés commandés par l’ancien Président de la République au designer Paulin. Ceux-ci avaient été déposés au Mobilier national après le décès de François Mitterrand.

Natalia Dementieva, 52 ans, archéologue de formation et directrice du Musée d’État de l’histoire de Saint-Petersbourg, a été nommée ministre de la Culture par Boris Eltsine. Elle a annoncé sur le champ son intention de réorganiser le ministère et de soutenir les musées et les bibliothèques. Elle remplace Evgueni Sidorov, limogé par un décret présidentiel, et est la seconde femme à occuper ce poste après la célèbre Ekaterina Fourtseva, la Dame de fer de l’époque soviétique dont l’autorité faisait trembler l’élite artistique. Depuis dix ans à la tête du musée de l’histoire de la capitale impériale, Natalia Dementieva a réussi à trouver des moyens pour son établissement, malgré le manque catastrophique de subventions d’État.

Le Zentrum für Kunst und Medientechnologie de Karlsruhe inaugure ses nouveaux locaux en organisant, du 24 octobre au 9 novembre, une série d’événements multimédias : ateliers, débats, programmes interactifs, projections de vidéos d’art et de films, disco multimédia. Des œuvres de Georg Baselitz, Robert Rauschenberg, Gerhard Richter, Bill Viola, Sean Scully et Bruce Nauman seront également exposées au musée d’art contemporain du centre. Informations : tél. 49 721 93400, e.mail info@zkm.de.

L’espace Monumedia du festival européen "Corto Circuito" sera consacré aux produits multimédias relatifs à l’art et à la culture. Il présentera notamment des cédéroms édités par des musées du monde entier. Le festival a été créé à la suite du sommet du G7 à Naples en 1995, qui avait pour objet d’encourager le développement du secteur audiovisuel. Il aura lieu dans cette même ville au Teatro Mercadante, du 30 octobre au 2 novembre, et présentera plus de 2 000 produits. Informations : tél. 39 81 65 01 63.

La National Portrait Gallery de Londres fait parler ses portraits ! Un nouveau guide audio sur CD permet en effet aux visiteurs de faire le tour des salles tout en écoutant les commentaires de certains modèles. Où l’on entend par exemple Samuel Pepys raconter comment il a failli se casser le cou à force de maintenir la pose, la tête tournée derrière l’épaule. Le guide comprend aussi des documents d’archives sonores, parfois vieux de plus d’un siècle, parmi lesquels des conversations, des discours et des lettres, des interviews d’artistes contemporains, ainsi que des commentaires sur plus de 200 tableaux. Ce service est gratuit, mais un don de 3 livres sterling est suggéré.

Poussin : rebondissement. Philippe Bertin-Mourot, 69 ans, ancien propriétaire d’un tableau de Nicolas Poussin, La Madone à l’escalier, demande plus de 21 millions de francs à l’État. Il réclame 13 millions au ministère de la Culture, 4,357 millions au ministère de la Justice, et s’apprête à en demander quatre aux Douanes pour un préjudice moral et un manque à gagner évalué à 10 millions de francs sur la vente de son tableau. Ce rebondissement rejoint d’autres “affaires Poussin”, où s’opposent original et copie. Pendant des années, une autre version de cette toile, acquise en 1950 par la National Gallery of Art de Washington, a été considérée comme authentique, et M. Bertin-Mourot ne parvenait pas à vendre son tableau. Début 1981, il l’exporte sans autorisation à Cleveland, où le musée reconnaît l’original et le lui achète pour 2,2 millions de dollars (13,8 millions de francs à l’époque). M. Bertin-Mourot a été reconnu coupable "d’exportation sans déclaration d’une marchandise ni prohibée ni fortement taxée" et condamné en novembre 1996 à une contravention – depuis amnistiée – de 1 500 francs et à 20 000 francs de confiscation. Après avoir été en conflit, les musées de Cleveland et du Louvre ont conclu un accord de prêt de l’œuvre, qui est actuellement exposée à Paris.

"Le patrimoine, ultime ressort du développement des territoires ?" En partenariat avec la Datar, l’Institut d’études supérieures des arts organise les 15 et 16 octobre, à la Bibliothèque nationale (auditorium Colbert), un colloque qui rassemblera des élus, des décideurs publics et privés, des responsables d’associations. Il présentera en particulier les réalisations accomplies par “les pôles d’économie du patrimoine”, créés à l’initiative de la Datar depuis 1995. Ceux-ci ont l’ambition d’accompagner les volontés locales de revitalisation des espaces ruraux et d’aborder autrement la question du patrimoine. Le colloque se consacrera également au patrimoine comme facteur de développement économique, au rôle des villes. Inscriptions : IESA, 5 avenue de l’Opéra, 75001 Paris, tél. 01 42 86 57 01.

Henri Gaudin a déposé un recours gracieux auprès de l’État pour obtenir des explications sur le déroulement du concours pour la future ambassade de France à Berlin (lire le JdA n° 41, 4 juillet). Selon son avocat, l’architecte souhaite que le ministère des Affaires étrangères, maître d’ouvrage, “éclaircisse le processus de cette compétition, qui semble singulièrement manquer de transparence”. Sept architectes – Portzamparc, Nouvel, Gaudin, Berger, Faloci, Perrault, Michelin-Geipel – concouraient pour ce chantier de 250 millions de francs, qui devrait être inauguré fin 2001 sur la Pariser Platz, face à la porte de Brandebourg. Les trois premiers se sont retrouvés finalistes, le jury a choisi le projet de Christian de Portzamparc. De son côté, le Quai d’Orsay a assuré que "l’ensemble des procédures a été strictement respecté et tous les candidats ont été placés à égalité". "Le ministère des Affaires étrangères répondra point par point à toutes les questions posées", a annoncé son porte-parole. Tous les projets seront exposés à Paris, du 24 septembre au 25 octobre, par l’Institut français d’architecture.

Bauhaus : les bâtiments construits par cette école à Dessau et Weimar ont été inscrits sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. Fondé en 1919, à Weimar, par l’architecte Walter Gropius avant d’être transféré à Dessau en 1925, le Bauhaus a fortement influencé les idées et les techniques, notamment en matière de design, d’architecture et de photographie. Dix-neuf sites allemands sont inscrits au Patrimoine mondial, qui regroupe au total 500 sites culturels dans plus de 100 pays.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°43 du 12 septembre 1997, avec le titre suivant : Les Brèves : Vente Windsor, Van Gogh, Monticelli, Aldo Rossi...

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque