Mardi 18 décembre 2018

Les Brèves : La rétrospective César reportée

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 décembre 1994 - 636 mots

La rétrospective César reportée
La rétrospective César, initialement programmée au printemps 1995 au Grand Palais à Paris, est reportée. L’artiste, qui représente la France à la prochaine Biennale de Venise, a souhaité s’y consacrer exclusivement avant d’aborder l’hommage qui lui sera rendu à Paris.

Nominations : Henry-Claude Cousseau, directeur des Musées de Nantes, devrait être nommé chef de l’inspection générale des Musées de France. Jean-Pierre Cuzin, adjoint au directeur des Musées de France, va remplacer Pierre Rosenberg à la tête du département des Peintures du Louvre. M. Rosenberg a été nommé président de l’établissement public du Louvre (JdA 8, novembre). Viviane Huchard, conservateur du Musée de Picardie à Amiens, prendrait la direction du Musée national du Moyen Âge, thermes de Cluny. Nicole Pot, chef du département des Affaires financières et juridiquesà la direction des Musées de France, devient sous-directeur à la Caisse nationale des monuments historiques. Joachim Pissarro succède à Colin B. Bailey, à la tête du département de Peinture européenne du Kimbell Art Museum de Forth Worth, Texas. Âgé de trente-cinq ans, il venait de quitter la Fondation de l’Hermitage à Lausanne.

Adelina von Furstenberg, ancienne directrice du Centre d’art contemporain de Grenoble, “Le Magasin”, a été mise en examen pour abus de confiance, faux et usage de faux, et emploi de travailleurs clandestins. Placée sous contrôle judiciaire, elle avait démissionné de ses fonctions le 10 octobre (JdA 8, novembre). Le commissaire aux comptes avait refusé de certifier les bilans de l’établissement après l’apparition d’un déficit dépassant deux millions de francs.

Le parquet de Lyon ne donnera pas de suites au dossier du Nouveau Musée de Villeurbanne. Les investigations n’ont pas permis de mettre en évidence des faits susceptibles de constituer des infractions pénales.

Georges Bemberg, originaire d’une famille de Cologne émigrée en Argentine, a passé une grande partie de sa vie en France. Romancier, auteur de pièces de théâtre mais surtout collectionneur, il a proposé voici quelques temps à la ville de Toulouse d’héberger la Fondation qu’il a créée et qui porte son nom. Comprenant des œuvres du XVIe siècle (en particulier deux œuvres de Cranach, un portrait de Charles IX de l’atelier de Clouet et un tableau de Pieter de Hooch) et des XIXe et XXe (Boudin, Matisse, Vlaminck, Vuillard, Manet, Monet), cette collection comprend près de deux cent numéros. C’est dans l’hôtel d’Assezat, qui abrite déjà des sociétés savantes, que l’on pourra découvrir ces œuvres à partir de la mi-janvier.

Après les Trois Grâces de Canova, le gouvernement britannique s’efforce de retenir un Rembrandt, Daniel et Cyrus devant l’idole Bel. Il a reporté au 7 janvier 1995 sa décision d’autoriser ou non l’œuvre à quitter le pays pour les États-Unis où le Getty Museum – déjà acquéreur déçu des Trois Grâces de Canova – aurait offert 7,7 millions de dollars (40 millions de francs) pour le tableau. Cette décision a été prise dans l’espoir de voir surgir d’ici là une offre d’achat britannique supérieure.

Enfin sortie de terre, la Cité internationale de Lyon, dessinée par Renzo Piano, se lovera fin 1995 entre le Parc de la Tête d’Or et le Rhône. Il n’y a pour l’instant que quelques étages construits, mais le projet est exposé dans les locaux adjacents au Palais des Congrès. Outre la maquette, un aperçu de ce que seront les bâtiments est donné grâce à des échantillons de revêtement, de vitrage et d’huisserie.

Après le Parc Célestins, Daniel Buren – associé à l’architecte Christian Drevet – s’est confronté à un espace vierge de tout bâti : la place des Terreaux à Lyon. Résolument géométrique et dépouillée, le réaménagement quadrille la place d’un damier délimité par des rayures noires et blanches et l’agrémente d’une multitude de fontaines. Un parti-pris qui transforme le statut habituel des rayures de Buren. Cette opération doit libérer le quartier de la circulation automobile et permettre l’ouverture de nombreux cafés en terrasse.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°9 du 1 décembre 1994, avec le titre suivant : Les Brèves : La rétrospective César reportée

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque