Vendredi 23 février 2018

Les Brèves : Biennale de Venise, Chaillot, Prix Malraux...

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 14 septembre 2009

La 47e Biennale de Venise, qui a fermé ses portes le 9 novembre, a accueilli 170 000 visiteurs, selon ses organisateurs, et encaissé 300 millions de lires de recettes d’entrées (environ 1 million de francs). La France a reçu le prix du meilleur pavillon avec l’intervention de Fabrice Hybert.

L’architecte de Chaillot, Jean-Jacques Meyfredi, lance un appel à témoins après l’incendie qui a endommagé le Musée des monuments français et détruit en grande partie la Cinémathèque. Il demande à toute personne “susceptible d’avoir remarqué quelques détails inhabituels avant le déclenchement de l’incendie”, dans la soirée du 22 juillet 1997, de bien vouloir prendre contact avec lui (tél. 01 45 04 77 70).

Le premier “Prix André Malraux” a été décerné à Daniel Arasse pour Léonard de Vinci, publié par Hazan.

Un musée pour l’Empire. Daniel Libeskind a récemment dévoilé la maquette de son projet pour l’Im­perial War Museum de Trattford, dans la banlieue de Man­chester. “Le conflit est un facteur constant au XXe siècle”, a déclaré Libeskind, né à Varso­vie en 1946, pour qui l’architecture est indis­sociable de la philosophie et de la science. “J’ai imaginé que la terre s’était brisée en plusieurs morceaux, que j’ai utilisés pour ce bâtiment. Trois tessons symbolisent les conflits sur terre, dans l’air et sur la mer”. Le musée, dont la construction reviendra à l’équivalent de 400 millions de francs français, devrait être inauguré en 2002. Alors que la principale réalisation de Daniel Libeskind, la restructuration du Musée d’art juif de Berlin, est presque achevée, l’Institut d’architecture des Pays-Bas, à Rotterdam, lui consacre une exposition jusqu’au 23 novembre.

Mille sérigraphies numérotées et signées Victor Vasarely, vont être proposées aux industriels du Sud-Est, mais aussi en France et à l’étranger, au prix unique de 8 000 francs, a indiqué le nouveau président de la Fondation, Christian Kert, député UDF-FD des Bouches-du-Rhône. Ces industriels obtiendraient en échange des entrées gratuites aux grandes expositions et l’utilisation du lieu pour des colloques et manifestations privées. La Fondation Vasarely, qui est fermée depuis le début de 1997 à la suite de graves difficultés financières, compte rouvrir ses portes le 3 avril 1998 avec une rétrospective des œuvres de son fondateur. Christian Kert a “bon espoir que le ministre des Finances, Dominique Strauss-Kahn, confirme l’engagement de son prédécesseur d’effacer une ardoise fiscale de 20 millions de francs”.

La galerie associative Transversale, 11 rue de Thorigny 75003 Paris, accueille du 20 au 29 novembre une exposition de solidarité, “Une œuvre pour un toit”, à l’initiative de la Cité des artistes de Cachan. Dix-neuf de ses habitants ont offert une œuvre dont la vente constituera un fonds d’aide pour les artistes. Y participent Jean-Pierre Tingaud, Michel Hauptain, Gianbattista Bresciani, Kazo, William Mac Kendree…

L’Assemblée nationale a adopté le budget du ministère de la Culture pour 1998 qui, avec 15,1 milliards de francs, est en progression de 3,8 %, à périmètre constant, hors audiovisuel public. Pour le ministre de la Culture, Catherine Trautmann, “ce budget de reconstruction permet une avancée significative vers l’objectif de 1 % du budget de l’État défini par le Premier ministre.” Les crédits actuels représentent 0,95 % des dépenses de l’État, contre 0,93 % en 1997 selon le gouvernement, mais 0,8 1% seulement selon le rapporteur pour avis de la commission des Affaires culturelles Bruno Bourg-Broc (RPR, Marne). La majorité PCF-PS-RCV a voté pour, l’opposition RPR-UDF, tout en saluant la hausse “satisfaisante” des crédits, contre. “Votre budget manque de souffle, de volonté, d’ambition et de volonté politique”, a lancé Françoise de Panafieu (RPR, Paris), après avoir réclamé la création d’un “passeport culturel” pour démocratiser l’accès à la culture.

Le Centre national de l’audiovisuel du grand-duché de Luxembourg a décerné trois prix dans le cadre de son programme “Mosaïque”, destiné à aider la création et la recherche sur le thème de l’Europe. L’Autrichien Thomas Zika, né en 1963, recevra l’équivalent de 70 000 francs français pour publier un ouvrage réunissant “des images réelles et virtuelles d’une Europe vue d’ailleurs”. Le Français Jean-François Joly, né en 1961, et l’Anglais Rip Hopkins, né en 1972, bénéficieront de l’équivalent de 120 000 francs français pour effectuer un reportage sur l’Europe tsigane. Enfin, Gilles Mora, né en 1945, profitera de l’équivalent de 60 000 francs français pour écrire un livre sur la modernité photographique européenne à paraître au Seuil. Les dossiers de candidature 1998 sont à déposer avant le 15 avril au Centre national de l’audiovisuel, boîte postale 105, L-3402 Dudelange, tél. 352 52 24 24-1. Le jury est composé de Yves Auquier, Jean Back, Gabriel Bauret, Giovanna Calvenzi, Paul di Felice, Robert Pledge et Paul Reiles.

Jérôme Sans est le conseiller artistique 1998 de la Fondation CCF (Crédit commercial de France) pour la Photographie, après Christian Caujolle (Agence Vu) et François Hébel (Magnum). Il sera à nouveau le directeur artistique du Printemps de Cahors l’an prochain, qui aura pour thème “la sphère de l’intime”. Jérôme Sans collabore à différents magazines artistiques (Art Press, Artforum, Grand Street, Siksi) et est conservateur extérieur à l’Institute of Visual Arts de Milwaukee. Les candidatures 1998 sont à déposer avant le 12 décembre auprès de la Fondation CCF. Les deux lauréats 1997, Jean-François Campos et Bertrand Desprez, seront exposés à partir du 15 décembre à Lyon Cité Exposition.

Le Prix Nadar 1997 a été décerné à l’ouvrage Des années folles aux années noires, la nouvelle vision photographique en France, 1920-1940, de Christian Bouqueret, paru aux Éditions Marval. Le jury a également attribué une mention à Weegee, toute la ville en scène, de Miles Barth, avec des textes d’Ellen Handy et Alain Bergala (Le Seuil). Il a enfin salué le catalogue L’Art du Nu au XIXe siècle. Le photographe et son modèle, qui accompagne l’exposition présentée à la Bibliothèque nationale de France-Tolbiac (Hazan). Le Prix Nadar avait déjà récompensé les Éditions Marval en 1996, pour Les trois grandes Égyptiennes, les pyramides de Gizeh à travers l’histoire de la Photographie, d’Alain d’Hooghe et Marie-Cécile Bruwier.

La Fondation Hewlett-Packard France cesse de soutenir le prix Niepce, qu’elle dotait de 70 000 francs. En partenariat avec l’association “Gens d’Images”, elle va attribuer des bourses à des créateurs d’images numériques. L’entreprise a décidé de proroger de cinq ans la fondation créée en 1992, et de lui consacrer 1,2 million de francs par an. Celle-ci conserve les mêmes orientations : musique, photographie et arts plastiques. Son délégué général est Vincent Timothée.

Les laboratoires Picto ont créé un prix de la Jeune photographie de mode, attribué à Louis Descamps, 25 ans, qui travaille pour les magazines Don’t tell it, Max, Mixte Max et Technikart. Ses travaux seront exposés à partir du 19 janvier chez Colette, 213 rue Saint-Honoré, 75001 Paris. Le lauréat reçoit un chèque de 20 000 francs, l’équivalent en travaux photographiques et 200 films. Le jury a attribué deux mentions, à Valérie Mathilde et Marcus Mâm.

Éric Larrayadieu, né en 1962, a reçu le Prix Scam 97 (Société civile des auteurs multimédia) du portfolio photographique pour son travail Jours incertains, témoignage sur le déracinement d’hommes et de femmes vivant dans les grands ensembles urbains.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°48 du 21 novembre 1997, avec le titre suivant : Les Brèves : Biennale de Venise, Chaillot, Prix Malraux...

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque