Samedi 15 décembre 2018

Les Bourgeois à la dérive

Le Journal des Arts

Le 8 septembre 2000 - 230 mots

Mal signalée, masquée par des arbres, souillée par des pigeons et des graffiti, la version des Bourgeois de Calais, installée dans un jardin londonien, est à l’abandon.

LONDRES (de notre correspondant) - Auguste Rodin avait pourtant formulé des souhaits très précis pour la présentation des Bourgeois de Calais. L’œuvre renvoie, en effet, à un épisode héroïque ayant opposé Anglais et Français, pendant la guerre de Cent Ans. Les six bourgeois avaient offert leurs vies à Édouard III pour éviter la totale reddition de leur ville, mais ils furent graciés. Rodin recommandait de placer la statue devant le palais de Westminster, mais sans grandiloquence, au niveau du sol et de façon que chaque personnage apparaisse seul face à sa conscience. L’artiste ne fut pas écouté, et, en 1915, le groupe a échu sur un socle, dans les jardins de Victoria Tower derrière le palais de Westminster. Victime des pigeons, meurtri par des graffiti, le bronze est aujourd’hui dans un état pitoyable. Le National Art Collections Fund a consulté six experts, mais ceux-ci ont conclu que l’épaisse couche de crasse et la cire l’avaient plutôt conservé jusque-là ! Néanmoins, certains considèrent que d’autres lieux seraient plus appropriés, comme Trafalgar Square ou un terrain en face du Parlement à Abingdon Green. La décision reviendra à l’Agence des parcs royaux, après avoir reçu l’aval du Parlement, responsable de l’entretien des terrains autour de Westminster.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°110 du 8 septembre 2000, avec le titre suivant : Les Bourgeois à la dérive

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque