Samedi 24 février 2018

Les biens récupérés de la Royal Academy

Des malversations difficiles à chiffrer

Par Martin Bailey · Le Journal des Arts

Le 14 octobre 2009

La Royal Academy a reçu 1,1 million de livres de dédommagement (10 millions de francs) pour la fraude dont elle a été victime (lire le JdA n° 32, janvier 1997), mais le montant total du dommage semble difficile à chiffrer. C’est ce que révèlent les rapports comptables des années 1994, 1995 et 1996 qui viennent d’être rendus publics. Trevor Clark, l’ex-intendant de la Royal Academy, a été condamné à cinq ans de prison.

LONDRES (de notre correspondant) - "Des anomalies comptables ont été relevées" à la Royal Academy dès le deuxième semestre 1995 ; les services spécialisés de la police ont été alertés au début de 1996, tandis que le cabinet d’audit Ernst & Young était chargé d’une enquête pour fraude. L’administrateur incriminé, Trevor Clark, a quitté l’institution le 15 janvier 1996 et a été condamné à cinq ans de prison le mois dernier. Âgé de 44 ans, ce dernier était entré à la Royal Academy en 1974 et nommé intendant en 1979, sans avoir jamais suivi d’études de comptabilité. Selon l’enquête de police, Trevor Clark aurait détourné environ 400 000 livres (environ 3,2 millions de livres) entre janvier 1991 et la fin de 1995, mais le rapport comptable admet "qu’il y a présomption d’une fraude analogue au cours des années précédentes"… ce qui signifie qu’il sera difficile d’en évaluer avec précision le montant total.

Depuis novembre 1996, la Royal Academy a reçu 1,1 million de livres de la part des "assureurs et autres parties" – elles pourraient inclure l’ex-intendant, qui aurait restitué une partie des fonds. La somme a couvert les frais d’audit et ceux y afférents (247 965 livres), ainsi que le coût de la "réorganisation des fonctions administratives et financières" (197 680 livres). Ces dépenses laissent un solde créditeur de 664 355 livres (6 millions de francs), qui indemnisent largement l’institution du détournement dont elle a officiellement été victime. En conséquence, son déficit est moins important que prévu mais reste néanmoins conséquent : 947 987 livres pour 1994, 1 596 743 livres pour 1995 et 715 691 livres pour 1996. Au 30 septembre 1996, la Royal Academy accusait un déficit cumulé de 2 166 235 livres (environ 20 millions de francs).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°36 du 18 avril 1997, avec le titre suivant : Les biens récupérés de la Royal Academy

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque