Limogeage

Les Archives secouées

La directrice des Archives a été démise de ses fonctions

Par Sophie Flouquet · Le Journal des Arts

Le 1 mars 2011 - 341 mots

PARIS - La méthode est assez inhabituelle au ministère de la Culture. Le 18 février, Isabelle Neuschwander, directrice des Archives nationales depuis 2007, était convoquée Rue de Valois pour être démise de ses fonctions avec effet immédiat, sans qu’aucune faute n’ait été notifiée.

« Le ministre souhaitait un changement de ton », commente sobrement Hervé Lemoine, directeur du service interministériel des Archives de France (SIAC). Cela à dix mois de l’inauguration du nouveau site de Pierrefitte-sur-Seine, un projet porté depuis 2001 par Isabelle Neuschwander (lire le JdA no 339, 21 janvier 2011). L’avis de vacance de poste n’aura pas eu à être publié. Dès le 24 février, Agnès Magnien, qui œuvrait jusque-là comme chef du bureau des missions du SIAC, était officiellement nommée en remplacement. Cette dernière aura d’abord à composer avec la Maison de l’histoire de France (MHF), dont l’installation sur le site parisien des Archives, annoncée en septembre 2010, a suscité une levée de boucliers des personnels. La grogne, qui a duré jusqu’à la fin du mois de janvier, a mis en lumière quelques faiblesses du projet de la MHF : ambiguïtés du chiffrage des superficies disponibles et du coût de l’opération et définition a posteriori du projet scientifique.

Malaise
Le conflit s’est aussi cristallisé sur l’affectation de l’hôtel de Soubise, à Paris, aujourd’hui dévolu aux activités scientifiques, éducatives et culturelles des Archives, une emprise confirmée fin janvier par un arbitrage du directeur de cabinet du ministre, soucieux de déminer le conflit. Or, plusieurs sources affirment aujourd’hui que l’exposition de préfiguration de la MHF devrait bien avoir lieu, en janvier 2012, à l’hôtel de Soubise. Il reviendra à Agnès Magnien de « définir un vrai projet scientifique, culturel et éducatif pour les Archives, qui existe mais qui n’est pas achevé », nous a précisé Hervé Lemoine. Soit une manière de signifier que les Archives devront revoir une copie pourtant publiée depuis juin 2010, au risque de raviver le conflit syndical. Le malaise risque également de gagner le comité d’orientation de la MHF, duquel certains membres envisageraient désormais de démissionner.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°342 du 4 mars 2011, avec le titre suivant : Les Archives secouées

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque