Lundi 17 décembre 2018

antiquaire

Le XIXe siècle de Franck Laigneau

L'ŒIL

Le 1 février 2001 - 177 mots

A l’automne dernier, Franck Laigneau  quitte la rue de Bellechasse « trop confidentielle » pour la rue de Miromesnil. Antiquaire spécialisé dans le mobilier 1830-1900, il suit « la trame des Expositions universelles du XIXe, ce mouvement de l’historicisme ou de l’éclectisme marqué par un retour vers le passé ». Avant le Pavillon des Antiquaires où il présentera cette année un mobilier XIXe d’origine princière, il a décoré ses vitrines de trois pendules de Vieillard et de vases de Gallé. « Le japonisme m’intrigue quand le XIXe et ses meubles monumentaux me fascinent ». Le métier d’antiquaire, Frank Laigneau y est arrivé par passion après avoir, à 17 ans, fait du théâtre aux côtés de Danièle Darrieux et Jean-Pierre Aumont. Puis il se lance dans le courtage après des études en architecture qui lui donnent le goût des meubles d’architecture des années 30. Mais c’est finalement son amitié avec le collectionneur Roberto Polo qui le convertit au XIXe et aux meubles Art Déco.

Franck Laigneau, 8, rue de Miromesnil, 75008 Paris, tél. 01 47 42 35 12.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°523 du 1 février 2001, avec le titre suivant : Le XIXe siècle de Franck Laigneau

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque