Ces obscurs objets du design

Le temps d’une brosse à dents

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 14 octobre 2009

L’art n’est pas seulement au musée ou dans les galeries mais concerne notre vie quotidienne. Devenu bimensuel, le Journal des Arts crée, en alternance avec la rubrique \"Art et Communication\", une nouvelle rubrique consacrée au design, et plus spécialement aux objets de consommation courante. Celle-ci sera réalisée en particulier avec le concours des écoles de design invitées en alternance à sélectionner et à commenter des objets, dont l’un sera retenu. La brosse à dents Fluokids, choisie par Virginie Gailing de l’École nationale supérieure de création industrielle, inaugure la rubrique.

Créée puis redessinée l’année dernière par l’agence de design industriel Raison Pure International et Synthélabo, Fluokids est une brosse à dents qui s’adresse exclusivement aux enfants. Elle invite à l’apprentissage d’un geste quotidien : le brossage des dents.

Pour que l’enfant s’approprie l’objet, Raison Pure International a cherché à l’adapter à sa morphologie et à son évolution. Aussi la brosse à dents Fluokids existe-t-elle en deux versions, distinguant l’enfance de la petite enfance. De cette réflexion est née, pour les 2-6 ans, une forme gonflée, facilement préhensile, et, pour les 6-10 ans, une brosse faisant davantage référence au monde des adultes et de la technologie. Contrairement à celles qui l’ont précédée, la forme de Fluokids appartient au domaine de l’enfance et évite les écueils du héros de dessin animé ou de la miniaturisation de la brosse à dents pour adulte. Par ses arrondis et ses couleurs vives, son registre iconographique évoque l’univers du jouet. Créée en 1994, cette notion d’objet-jouet a été renforcée en 1996 par un capuchon-masque offrant à la brosse à dents usagée l’opportunité de passer de la salle de bain au coffre à jouets... Une fois le rapport de séduction établi entre l’enfant et la brosse à dents, intervient sa phase d’utilisation. Fluokids fait prendre à l’enfant conscience de la durée de son geste grâce à l’évolution de la couleur d’une partie de son manche, une zone thermosensible qui passe du bleu au rouge. Ainsi l’écoulement du temps se fait magie. Pour les 6-10 ans, un sablier vient s’inscrire dans le socle. Le temps du brossage dépend alors d’une démarche consciente de l’enfant.

École nationale supérieure de création industrielle, 48 rue Saint-Sabin, 75011 Paris, tél. 01 49 23 12 12

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°36 du 18 avril 1997, avec le titre suivant : Le temps d’une brosse à dents

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque