Vendredi 14 décembre 2018

Espagne

Le budget de la culture augmente de 7 %

Mais il ne représente encore que 0,35 % du budget de l’État

Le Journal des Arts

Le 1 décembre 1994 - 560 mots

Un peu plus d’un an après sa nomination comme ministre de la Culture, Carmen Alborch a présenté un projet de budget à longue échéance.

MADRID - Ce projet prévoit d’harmoniser avec les communautés et régions autonomes les différents plans pour consolider et améliorer les infrastructures culturelles, réorienter la politique de subventions et d’aides aux entreprises culturelles, promouvoir la culture ibérique à l’étranger, surtout en Europe et en Amérique latine, et favoriser la relation entre pouvoirs publics et initiative privée. "Les études entreprises ont permis d’élaborer une carte des besoins culturels pour les dix prochaines années, et une carte du patrimoine historique et immobilier sur lequel nous travaillons, à échéance de vingt ans", a expliqué Mme Alborch, ministre de la Culture.

Pour réaliser ce programme, le ministre a besoin d’environ 38,8 milliards de pesetas (1,59 milliard de francs) pour les musées, 16,51 milliards (677 millions de francs) pour les bibliothèques, 16,51 autres milliards pour les archives et 29,7 milliards (1,21 milliard de francs) pour la musique et le théâtre. Le ministre de la Culture a également présenté son budget pour 1995, qui se monte à 72 milliards de pesetas (2,95 milliards de francs), équivalant à 0,35 % du budget total de l’État, soit une augmentation de 7,1 % par rapport à l’an passé. La somme destinée au patrimoine – y compris la restauration des cathédrales, la conservation des monastères et des édifices qui dépendent du ministère – augmente de 1 milliard, pour atteindre 1,83 milliard de pesetas (75 millions de francs).

Le ministère entend consacrer 2,39 milliards de pesetas (98,1 millions de francs) aux quatre-vingt-onze  musées d’État. Le Centro de Arte Reina Sofia maintient son budget de 1994, avec un peu moins de 2,97 milliards de pesetas (121,8 millions de francs), alors que la dotation du Prado est augmentée de 33 % et dépasse cette somme. Les archives et les bibliothèques recevront respectivement 1,23 et 1,98 milliards de pesetas (50,4 et 81,3 millions de francs ).

Les crédits d’équipement pour les infrastructures (musées, archives, bibliothèques et salles de spectacle) se montent à 13,87 milliards de pesetas (568,6 millions de francs). Le Teatro Real de Madrid, véritable puits sans fond, recevra à lui seul 4, 215 milliards de pesetas (172,7 millions de francs).

Le programme de promotion de la culture espagnole en Amérique latine sera en augmentation de 17,7 %, pour dépasser les 2, 2 milliards de pesetas (90,2 millions de francs), tandis que doubleront les subventions destinées à la formation professionnelle pour les beaux-arts et l’industrie culturelle, qui atteignent 743 millions de pesetas (30,4 millions de francs).

Baisse du budget de la Culture en Italie

ROME - Les crédits de la Culture seront en baisse de cent quinze milliards de lires (384 millions de francs) en 1995. Selon le projet de loi de finances présenté au Parlement, les Biens culturels disposeront de 647 milliards de lires (2,1 milliards de francs) l’an prochain, contre 762 (2,5 milliards de francs) en 1994. Cette diminution est due, en partie, à l’échéance de certaines dotations pluriannuelles. Les subventions pour la restauration des édifices publics endommagés par les intempéries d’octobre 1991 à juillet 1992, pour l’édition, pour la protection et la valorisation des biens culturels seront réduites.

En revanche, des augmentations affecteront la Bibliothèque nationale centrale de Rome, le fonctionnement des instituts centraux du ministère, les contributions aux associations culturelles et la dotation à l’Academia dei Lincei.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°9 du 1 décembre 1994, avec le titre suivant : Le budget de la culture augmente de 7 %

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque