Vendredi 23 février 2018

Festivités

Le 17 janvier, anniversaire de l’art

Reprenant la proposition de l’artiste Robert Filliou formulée en 1963, une quarantaine de structures d’art contemporain se lancent dans 24 heures de célébration

Le Journal des Arts

Le 9 janvier 2008

FRANCE - « Un million et quarante- quatrième anniversaire de l’art » : un anniversaire qu’une quarantaine de FRAC, centres d’art, écoles d’art et musées d’art contemporain répartis sur tout le territoire français se proposent de célébrer le 17 janvier 2007. Pourquoi cette date ? Elle correspond à celle formulée par Robert Filliou en 1963 : « Tout a commencé un 17 janvier, il y a un million d’années », écrivait le génial protagoniste de l’économie poétique dans son Histoire de l’art chuchotée, précisant : « Drôle mais indépendamment de la date arbitraire, il semble qu’il y ait environ un million d’années que les êtres humains apparurent sur terre. Pourquoi alors ne pas proclamer ce qui au départ ne fut que chuchoté, tel un dangereux secret ? »

Art était vie
Le 17 janvier 1973 à Aix-la- Chapelle, l’artiste des poètes invitait tout le monde à célébrer : « Voici un million et 10 ans, Art était Vie, dans un million et 10 ans, il le sera encore. Festoyons donc toute la journée, sans Art, pour célébrer ce début heureux et annoncer cette fin heureuse. » À cette occasion, Filliou proposait, entre autres bals et feux d’artifice, des congés payés pour les ouvriers et un jour sans école pour les enfants. Il suggérait enfin d’y ajouter, après quelques années, un deuxième jour de congé, puis un troisième, puis un quatrième, jusqu’au moment où (« dans un million et 10 ans »), il y aurait 365 jours de fête et plus besoin d’art. On pourra ainsi retourner à la vie...
L’anniversaire de cette année ne propose malheureusement ni congés payés, ni jour sans école, mais « 24 heures pour célébrer l’art en France ». Coordonnée par Platform (Regroupement des Fonds régionaux d’art contemporain et structures assimilées) et l’ANDF (Association nationale des directeurs de Frac) et par la DCA (Association française de Développement des Centres d’Art), la manifestation prendra la forme d’un passage de relais artistique qui se fera symboliquement d’un lieu à l’autre : on commence à minuit pile au Palais de Tokyo où tout le monde est invité à crier pendant une minute. Inverse rigoureux de la minute de silence, cette minute de cri (inspirée de l’oeuvre Breath de Werner Reiterer) annonce le début des festivités. On finit à minuit, 24 heures plus tard au Frac Lorraine avec une performance Walking/Ringing de Jean-Christophe Norman, qui se rendra dans douze cabines téléphoniques différentes de Metz pour composer les numéros de douze centres d’art. Il ne parlera pas, se contentant de laisser sonner douze coups à chaque fois.

Les 24 heures de l’art
Pendant ce laps de temps de 24 heures, outre des projections vidéos, lectures de poèmes et rencontres d’artistes, prendront place des événements qui n’auraient peut-être pas déplu à Filliou : « Khômbol Boxing Palace » au Frac Basse-Normandie (Caen), proposition de l’artiste Musée Khômbol associant combat de boxe et lectures de textes de Samuel Beckett et Clark Coolidge ; gâteau truffé de citations de Robert Filliou, Chen Zen et Daniel Buren à l’espace Le LAIT (Laboratoire Artistique International du Tarn, Albi et Castres) ; diffusion intergalactique, via les pouvoirs médiumniques d’un marabout professionnel, d’une oeuvre musicale jouée en direct à la Villa Arson (Nice) ; match de catch avec les artistes catcheuses de Wrestlemania WWF à l’École supérieure d’art de Metz ; instauration (puis dissolution après 23 heures et 26 minutes d’existence) de La République Artistique Libre et Autonome de l’École d’art d’Avignon.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°250 du 5 janvier 2007, avec le titre suivant : Le 17 janvier, anniversaire de l’art

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque