Mercredi 29 septembre 2021

L’actualité vue par Alain Sarfati

Architecte

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 27 mars 1998 - 842 mots

De l’immeuble de la rue Schœlcher, à Paris, au bâtiment des Archives du monde du travail, à Roubaix, en passant par la réhabilitation de la barre du Haut-du-Lièvre, à Nancy, Alain Sarfati se distingue dans le monde de l’architecture française en affichant diversité et refus d’être enfermé dans une tendance. Une importante monographie vient de lui être consacrée. Il commente l’actualité.

Armani vient à nouveau de déclencher une polémique, puisque la mairie de Paris l’a laissé occuper la place Saint-Sulpice pour un défilé qui a dû être finalement annulé pour des raisons de sécurité. Trouvez-vous normal qu’une place historique soit occupée par une entreprise privée ?
Qu’il y ait une utilisation privée temporaire d’un espace public ne me choque pas, qu’il s’agisse du marché de la poésie ou de la grande roue aux Tuileries. Refuser systématiquement ces manifestations les rejetterait à la périphérie. La ville doit pouvoir accueillir ce type d’événements. Il est vrai que là, il s’agissait d’une manifestation exclusive – un défilé de mode sur invitation –, ce qui est plus discutable. Ce qui m’a vraiment choqué, c’est la laideur, de la construction éphémère envisagée. Je trouve ahurissant qu’il n’y ait pas eu de contrôle esthétique chez un créateur. Par ailleurs, le fait que les procédures de sécurité n’aient pas été respectées me paraît très étonnant. M. Armani se plaint. Nous avons tous en tête la catastrophe de Furiani, on ne peut pas badiner avec la sécurité, surtout lorsqu’elle met en danger le public sur un espace public.

L’Académie des beaux-arts vient d’élire les architectes André Wogenscky et Michel Folliasson aux fauteuils de Jacques Couelle et Bernard Zehrfuss. À quoi sert l’Académie aujourd’hui ?
À sa création, l’Académie servait à définir ce qui allait devenir classique. Elle était le lieu de la codification, du beau, de l’utile… Le roi avait besoin de s’entourer d’experts qui le conseillaient pour la représentation, la mise en scène de son pouvoir. Aujourd’hui, en démocratie, l’Académie ne peut plus définir la forme à reproduire ; elle devrait au contraire veiller à ce qu’il n’y ait surtout pas de modèle unique. Les Académiciens pourraient débattre avec la profession, mais ce débat n’existe pas, car on entre à l’Institut quand on a quitté la profession, ce qui n’était pas le cas autrefois. Couelle et Zehrfuss étaient aux antipodes. Ont-ils laissé des discussions qui alimenteraient le débat dans les écoles ? Non. L’académique n’est plus l’exemplaire, c’est le figé, la photocopie, la fin. Il vaudrait mieux qu’une dizaine d’architectes puissent siéger dix ans, pour entretenir une longue “conversation”, et qu’ils laissent ensuite leur place à d’autres.

Lors de la campagne électorale, le Front national a nouveau attaqué l’art actuel acheté par les Fonds régionaux d’art contemporain (Frac).
Le Font national fait feu de tout bois, il détourne un débat qui a néanmoins un fondement réel. J’exècre cette prise de position, mais le débat ne devrait pas être refermé trop vite. Pour moi, tous les artistes devraient refonder leur pratique sur l’émotion et le sens. Prenez le cas d’Hantai, qui est à nouveau exposé aujourd’hui. Il pose la question de la dimension subversive de l’œuvre. À la fin des années soixante, ses monochromes, ses plissés, ce jeu entre le positif et le négatif lui ont valu une grande reconnaissance. Il aurait pu faire des vitraux, de formidables rideaux de scène, lui aussi, mais il disparaît. Son retrait était probablement sincère et portait une interrogation fondamentale : peut-on être un artiste en acceptant la reconnaissance officielle sans interroger la société et mettre en question ses institutions ? Cette démarche est surprenante et exemplaire, car la dimension subversive n’est pas appréhendable au premier degré dans son travail, qu’on pourrait qualifier de décoratif. C’est dire à quel point il faut chercher profondément le sens des œuvres.

Quelle autre exposition recommanderiez-vous ?
La rétrospective Magritte à Bruxelles, parce qu’il est un artiste en permanence déstabilisant, jouant à la fois sur la pureté et l’ironie. Chez lui, les différents niveaux de lecture sont très intéressants : on le croit parfaitement accessible à travers des cartes postales et des posters, mais il devient beaucoup plus complexe si on le relie à un imaginaire plus poétique. Il pose à sa manière la question de l’arbitraire séparation entre art savant et art populaire.

À propos de “populaire”, que pensez-vous de l’exposition Tati au Musée des arts décoratifs ?
Je suis très perplexe. Le musée reste une institution de consécration. Quel sens y a-t-il à exposer des photographes renommés qui ont photographié les magasins Tati ? C’est une opération de promotion. À la dernière Biennale d’architecture de Venise, les États-Unis ont confié le commissariat de leur pavillon à Walt Disney, qui présentait les commandes qu’il avait passées à des architectes. C’était les meilleurs architectes américains, mais ils étaient complètement soumis à Disney. L’architecture a autre chose à exprimer que le monde “rêvé” par un commanditaire unique. C’est la diversité et la complexité de notre société qu’elle doit dire.

Alain Sarfati, un architecte en trois dimensions, textes de Patrice Goulet, Francis Rambert, Odile Fillon…, éditions du Layeur, 424 p., 395 F.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°57 du 27 mars 1998, avec le titre suivant : L’actualité vue par Alain Sarfati

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque