La nouvelle histoire de l’art ?

Le Journal des Arts

Le 4 décembre 1998

Dans la série “Histoire artistique de l’Europe�?, les éditions du Seuil nous proposent une publication nouvelle sur les arts au XVIIIe siècle, sous la direction de Thomas Gaehtgens et Krzysztof Pomian, avec l’aide d’une vingtaine de chercheurs, connus et moins connus, français et étrangers. Un tel mariage entre un historien de l’art, Gaehtgens, et un historien spécialisé dans le fait culturel, Pomian, attire l’attention.

On s’attend à du nouveau, qui ne soit ni du verbiage superficiel, ni de la lourde poussière d’érudition. D’autant que l’ouvrage lui-même est beau : une illustration globalement impeccable, originale, européenne ; des légendes presque toujours soigneusement documentées ; une mise en page sympathique ; un index pour les gens pressés ; une bibliographie pour les curieux. On s’attend donc à du nouveau et, grosso modo, l’attente n’est pas déçue : Krzysztof Pomian nous propose un tableau de l’Europe dont le point de fuite est fourni par les rapport entre Religions et États – on est loin des “gros sabots” de la ci-devant histoire marxiste qui imposait encore naguère la séquence : infrastructure économique et sociale et superstructure culturelle. Quant à Thomas Gaehtgens, il désaxe le discours, habituellement centré sur Paris, au profit notamment de la Mitteleuropa, et c’est tant mieux. Nouveaux encore, ces textes nombreux sur des points particuliers : les femmes artistes, les écrits sur l’architecture, le château en Europe, etc. Cependant...

Cependant, qui s’attendrait à lire ici un effort de synthèse qui intégrerait la réflexion et la production artistiques à l’histoire de la société européenne du XVIIIe siècle serait déçu. Il ne suffit pas de faire précéder un ouvrage d’histoire de l’art d’un essai d’histoire culturelle, si talentueux soit-il, ni de répartir les arts entre Cour et société, quand bien même la qualité de l’information, à défaut de la réflexion sur les concepts stylistiques, serait incontestable, pour obtenir son acquit. Car une histoire de l’art qui serait trop centrée sur les œuvres ne peut conduire qu’à l’atomisation du discours, à la disparition, sans débats, des césures chronologiques et, comme c’est le cas ici, à l’absence de toute conclusion. Mais ceux qui, plutôt que d’un discours, se satisfont d’un parcours, trouveront leur bonheur dans ces belles illustrations, abondamment commentées.

Thomas Gaehtgens et Krzysztof Pomian, Le XVIIIe siècle, éditions du Seuil, 394 p., 495 F. jusqu’au 1er janvier, 550 F. ensuite. ISBN 2-02-013222-2 et ISBN 2-02-017386-7.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°72 du 4 décembre 1998, avec le titre suivant : La nouvelle histoire de l’art ?

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque