Mercredi 21 novembre 2018

La mue du Rijksmuseum

Le musée d’Amsterdam se transforme à l’orée du XXIe siècle

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 24 octobre 2003 - 871 mots

Le Rijskmuseum d’Amsterdam se lance dans un vaste projet de restauration supervisé par les architectes espagnols Antonio Cruz et Antonio Ortiz.
Les travaux, programmés jusqu’en 2008, privilégient la transparence et la fluidité. Les structures ajoutées au cours du XXe siècle laisseront place à un imposant hall d’entrée apte à accueillir le million de visiteurs annuels. Un nouveau circuit des collections permanentes se déploiera dans l’ensemble du bâtiment. Les collections d’art asiatique auront droit à leur propre pavillon et les bureaux et réserves seront délocalisés. Le coût du projet, financé par le gouvernement, le musée et des mécènes, est estimé à 272 millions d’euros.

 AMSTERDAM - Dans un communiqué commun daté du 23 septembre, la direction du Rijksmuseum, le ministère de l’Éducation et le ministère du Logement néerlandais ont approuvé le plan provisoire pour la rénovation du Rijksmuseum. Présenté par le secrétaire d’État aux Affaires culturelles Medy van der Laan, le directeur général du Musée Ronald de Leeuw et les architectes sévillans Antonio Cruz et Antonio Ortiz, le projet prévoit une restructuration complète du bâtiment de P. J. H. Cuypers. Devant l’afflux toujours plus grand de visiteurs, l’institution se devait de se moderniser pour se mettre au niveau des grands musées internationaux – le musée avait ainsi dû fermer d’urgence après la découverte d’amiante dans ses murs à la fin du mois d’avril.

Transparence et clarté
Les architectes ont souhaité redonner à l’édifice du XIXe siècle sa clarté originelle. Les deux cours intérieures, aujourd’hui occupées par des structures modernes, seront dégagées. Le sol sera creusé pour laisser place à un immense hall d’entrée en deux parties pourvues d’une billetterie, d’un centre d’information, d’une boutique, d’un restaurant, de vestiaires et de toilettes. À l’instar du Grand Louvre, le nouveau hall de 4 000 mètres carrés permettra au visiteur d’accéder aux différentes parties du musée. Le “tunnel”, qui traverse le bâtiment au rez-de-chaussée et dont les fenêtres – aujourd’hui obstruées – donnent sur les deux cours, retrouvera sa luminosité. Les piétons et les cyclistes pourront continuer à traverser le musée en empruntant les passerelles, tandis que les visiteurs accèderont au niveau inférieur du hall d’entrée par des escalators.
Le Museumplein accueillera une série de nouveaux bâtiments fonctionnels qui permettront à l’édifice principal d’être exclusivement consacré aux collections. Les architectes Cruz et Ortiz travaillent encore sur le projet d’un centre d’études, qui abriterait la bibliothèque réservée aux professionnels de l’art et aux étudiants, ainsi que la collection de gravures et d’estampes, actuellement conservée dans le bâtiment principal. Un pavillon, résolument moderne, sera entièrement dédié aux riches collections asiatiques du musée. Les salles scientifiques – restauration, recherches, atelier photographique… – aujourd’hui dispersées dans le musée, seront concentrées dans un autre bâtiment, toujours conçu par Cruz et Ortiz. Les bureaux et les réserves seront délocalisés dans les deux villas adjacentes. Le musée sera ainsi entièrement ouvert au public.

Ouvert pendant les travaux
Le plan provisoire prend largement en compte l’identité du musée, la valeur architecturale et historique de l’édifice ainsi que l’accessibilité des collections. L’héritage Cuypers est volontairement respecté ; les façades et les toits seront conservés tels quels, tout comme les décorations intérieures. Les deux espaces encore originels du musée, la chapelle Aduard et la bibliothèque, seront restaurées. La salle de la bibliothèque, datant de 1885 et jusqu’alors réservée aux professionnels, sera accessible au public sous certaines conditions et proposera un centre d’information.
Les travaux seront l’occasion d’une réorganisation totale de l’accrochage du musée. Les collections permanentes seront redéployées de manière chronologique et contextuelle, les sculptures, peintures et objets d’art d’une même période étant regroupés, du Moyen Âge jusqu’à la fin du XXe siècle. Les deux étages supérieurs seront consacrés à l’histoire et à l’art hollandais, les deux étages inférieurs étant quant à eux en partie dédiés à l’histoire du XXe siècle. L’aile sud, temporairement appelée “aile Philips”, sera aménagée de manière à pouvoir accueillir les expositions temporaires à partir de 2008.
Si le bâtiment principal ferme ses portes le 8 décembre 2003, la majeure partie de la collection – “Rijksmuseum, les chefs-d’œuvre” – restera visible pendant la durée des travaux dans l’aile Philips. La Nieuwe Kerk proposera trois expositions temporaires en 2005, 2006 et 2007, et huit musées hollandais, le Musée des beaux-arts d’Anvers et le Museum Kurhaus Kleve, en Allemagne, auront le privilège d’accueillir en prêt une partie des collections entre 2004 et 2008. Deux expositions itinérantes sont actuellement le sujet de pourparlers avec le Japon et les États-Unis.
Ce projet culturel public est le plus important à ce jour aux Pays-Bas. 156,5 millions d’euros proviennent du gouvernement, 45,4 millions du musée lui-même, sommes auxquelles s’ajoutent environ 70 millions d’euros du budget de fonctionnement du musée, ici réinvestis. Le Rijksmuseum a également bénéficié de l’important mécénat de Royal Philips Electronics, et de l’aide de Sponsor Bingo Loterij ; il est actuellement à la recherche d’un mécène supplémentaire. Le réaménagement des cours intérieures coûtera 20 millions d’euros, les galeries en sous-sol et le pavillon asiatique 7,5 millions d’euros, et le déménagement 3 millions d’euros. Le budget inclut également l’organisation de nouvelles réserves à quelques dizaines de kilomètres au nord-est d’Amsterdam, l’accrochage temporaire de la collection, la délocalisation des équipes pendant les travaux et l’annulation des prêts en cours, soit un total de 272 millions d’ici à 2008.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°179 du 24 octobre 2003, avec le titre suivant : La mue du Rijksmuseum

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque