Dimanche 24 octobre 2021

États-Unis - Restitutions

La « Guennol Stargazer » ne sera pas restituée à la Turquie

Par Julie Goy · lejournaldesarts.fr

Le 24 septembre 2021 - 425 mots

NEW YORK / ÉTATS-UNIS

La justice américaine a débouté la demande de restitution de l’idole antique par le gouvernement turc.

Guennol Stargazer, idole en marbre de type Kiliya, c. 3000-2200 avant J.-C., ht 23 cm. © Christie's Images Ltd. 2021
Guennol Stargazer, idole en marbre de type Kiliya, c. 3000-2200 avant J.-C., h. 23 cm.
© Christie's Images Ltd. 2021

La « Guennol Stargazer », une statuette en marbre du Chalcolithique reste aux États-Unis dans les mains de son actuel propriétaire – Michael Steinhardt – qui l’avait mis en vente chez Christie’s en 2017. Le gouvernement turc tente de faire valoir son droit de propriété en s’appuyant sur un décret qui prévoit la restitution des artefacts et antiquités pillés en Turquie après 1906. 

Or, selon la juge Alison J. Nathan de la Cour fédérale du district de Manhattan, la Turquie n’a pas apporté de preuve suffisante permettant d’affirmer que l’idole a été excavée sur son territoire. Bien qu’il soit attesté que l’objet a été fabriqué en Anatolie, dans l’actuelle province turque de Manisa, sa provenance ne peut être retracée avant 1961, date de son acquisition à New York par le couple de collectionneurs d’art Edith et Alastair B. Martin au marchand d’art J. J. Klejman. Par la suite l’idole avait été vendue à un antiquaire avant d’être acquise par son actuel propriétaire, Michael Steinhardt, en 1993.

La décision américaine du 7 septembre 2021 précise qu’aucune information n’est connue quant à la manière dont le marchand d’art a obtenu l’idole. La Turquie invoque de son côté les mémoires de l’ancien directeur du Metropolitan Museum of Art (MET), Thomas Hoving, qui se réfère à J.J. Klejman comme étant « son trafiquant favori »

Le rejet de la demande par la Cour fédérale est aussi motivé par l’inaction de la Turquie alors que l’objet est connu et visible depuis les années 1960. Il a été exposé au MET dès 1968 et à plusieurs reprises jusqu’en 1993. Plusieurs publications académiques turques en ont également fait mention. La juge Nathan estime de ce fait que l’inaction prolongée de la Turquie avant 1993 confère un droit de propriété incontesté à son actuel propriétaire qui n’aurait probablement pas acquis l’idole si des démarches judiciaires avaient été en cours. 

La « Guennol Stargaze » est l’une des rares idoles de type Kiliya issue de la période du Chalcolithique (3000-2200 avant J.-C.) à être parvenue. Elle avait été adjugée 14,4 millions de dollars lors de la vente de 2017 avant que l’acheteur ne se rétracte. L’idole provient de la même collection que la « Lionne de Guennol » adjugée pour la somme de 57 millions de dollars en 2007.

En 1993, le gouvernement turc avait conclu un accord à l’amiable avec le MET pour obtenir la restitution de la collection de la « Lydian Hoard » (le trésor lydien). 
 

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque