La croissance de Penone

Par Olivier Michelon · Le Journal des Arts

Le 14 mai 2004

La monographie de Giuseppe Penone publiée par les éditions du Centre Pompidou à l’occasion de la rétrospective organisée par le Musée national d’art moderne (sur laquelle nous reviendrons) dépasse le cadre habituel du catalogue. Axé autour d’un essai de Catherine Grenier, le livre parcourt l’œuvre de l’artiste italien de manière simultanément thématique et chronologique, de la mise à l’épreuve de la nature à la délectation charnelle et esthétique procurée par ces derniers travaux sur le marbre. Enfin, l’ouvrage s’achève sur un entretien important qui précise sur plus de trente ans les démarches et les intentions de l’artiste. D’abord dans le contexte historique particulier qui entoure le groupe de l’Arte povera – dont Penone était le benjamin – puis au fil d’un travail dont la progression quasi naturelle, sans réelle rupture, pourrait se rattacher à l’idée de croissance libre ou contrariée qui habite les premières interventions de l’artiste à la fin des années 1960.

Catherine Grenier, Giuseppe Penone, éditions du Centre Pompidou, 308 p., 300 ill., 39,90 euros, ISBN 2-84426-234-1.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°193 du 14 mai 2004, avec le titre suivant : La croissance de Penone

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque