Jeudi 13 décembre 2018

Jochen Gerner : dessin sans frontière

Par Vincent Delaury · L'ŒIL

Le 16 mars 2017 - 509 mots

Plasticien et dessinateur de BD, l’artiste, invité des Rencontres d’Aix, navigue d’un monde à l’autre.

« Je me définis d’abord comme un dessinateur-auteur, qui travaille par le biais de l’image, du dessin, sur les rapports entre l’écrit et l’image, et cela peut s’adapter à tous les cas de figure de mes interventions. Aussi bien comme dessinateur de presse, que comme auteur de bande dessinée ou de séries de dessins pour des lieux d’exposition liés au monde de l’art contemporain. »

Le vertige de la liste
Jochen Gerner, artiste franco-allemand né en 1970, dévoile dans la petite bâtisse qui jouxte l’Atelier de Cézanne, à Aix-en-Provence, l’ensemble des dessins tirés du livre RG : Renseignements généraux [2016], réalisé en collaboration avec Emmanuel Rabu, dans lequel il ausculte chromatiquement les vingt-deux albums de Tintin afin d’en sonder l’inépuisable matière ; ouvrage ovni, croisant bande dessinée, poème et essai, RG se penche par exemple sur les deux cent soixante-treize occurrences syllabiques du mot « or » dans les dialogues du Temple du Soleil ou encore sur les couleurs inventées et utilisées par le maître de la BD franco-belge, du violet des Cigares du pharaon au gris béton de Vol 714 pour Sidney. « En travaillant pendant plusieurs heures sur une image de départ, précise le dessinateur, je rentre complètement à l’intérieur de sa construction. Je cherche la faille, l’interstice qui va me permettre de rentrer réellement et autrement dans l’image. »

Ce n’est pas la première fois que ce plasticien se penche, tel un entomologiste, sur Hergé. En 2002, avec son livre d’art TNT en Amérique, Jochen Gerner s’était fait connaître du monde de la BD et de l’art contemporain – c’est d’ailleurs grâce à cet exercice de style qu’il a rejoint en 2003 la Galerie Anne Barrault – en recouvrant à l’encre noire l’intégralité de l’album Tintin en Amérique pour ne laisser émerger que des formes colorées, des pictogrammes et des mots afin de révéler la violence sous-jacente qui travaille aussi bien les bandes dessinées d’Hergé que l’Amérique. Obsédé par l’imprimé, qu’il s’agisse d’une BD, d’un catalogue Ikea, d’affiches de cinéma, de cartes géographiques et d’autres images didactiques, Gerner multiplie, par tout un jeu d’effacements ou d’accumulations allant jusqu’au « vertige de la liste » (Eco), les possibilités de lecture d’un support imprimé pour nous le révéler sous un nouveau jour.

Un travail de fourmi dans une boîte de 12 m2 !
Ses interventions, reposant sur un travail protocolaire maniaque, s’inscrivent, comme le souligne Christophe Gallois dans la monographie récente consacrée à Gerner chez B42, dans le prolongement d’un Georges Perec qui déclarait : « Au fond, je me donne des règles pour être totalement libre », et, somme toute, ce n’est pas un hasard si ce diplômé de l’École nationale supérieure d’art de Nancy a rejoint, dès 1993, le collectif OuBaPo (Ouvroir de Bande dessinée Potentielle), véritable laboratoire sur la BD et les relations entre texte et image. Au final, Jochen parvient à exploiter la contrainte qu’est la minuscule annexe de l’Atelier de Cézanne – 12 m2 ! – pour en faire un terrain d’expérimentation nourrissant tant sa pratique aventureuse du dessin que le regard du visiteur.

« Les Rencontres du 9e art. Festival de bande dessinée et autres arts associés », d’avril à mai 2017. Dix expositions à Aix-en-Provence (13), dont « Jochen Gerner, RG » à l’Atelier Cézanne jusqu’au 28 mai.En accès libre. www.bd-aix.com 

« Week-end BD », 7, 8 et 9 avril 2017. Cité du livre – Bibliothèque Méjanes, 8-10, rue des Allumettes, Aix-en-Provence (13). En accès libre. www.bd-aix.com 

« Jochen Gerner. Voulez-vous un dessin ? », jusqu’au 30 avril 2017. Deux minutes pour tout savoir sur l’art moderne et contemporain avec les dessins de Jochen Gerner. Réalisation : Pascal Loddo, Le Visiomatique. Chaque dimanche sur www.centrepompidou.fr et sur les réseaux sociaux : #VoulezVousUndessin @CentrePompidou

« Jochen Gerner, Lac noir », jusqu’au 8 avril 2017. Galerie Anne Barrault, 51, rue des Archives, Paris-3e, www.annebarrault.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°700 du 1 avril 2017, avec le titre suivant : Jochen Gerner : dessin sans frontière

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque