Dimanche 22 juillet 2018

Justice

Jan Krugier condamné

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 30 juillet 2007 - 280 mots

Le marchand d’art genevois avait jugé diffamatoire et injurieux des passages de son portrait croqué par la journaliste Roxana Azimi.

PARIS - À la suite de la publication de son portrait dans le numéro 222 du Journal des Arts, daté du 7 octobre 2005, Jan Krugier a assigné la journaliste Roxana Azimi, Artclair Éditions et le directeur de la publication du journal, Jean-Christophe Castelain. Le marchand d’art genevois estimait que deux passages de cet article étaient diffamatoires et deux autres injurieux à son encontre. Par un jugement rendu le 12 mars, la 17e chambre du tribunal de grande instance (TGI) de Paris a estimé que « c’est à tort […] que le demandeur poursuit comme diffamatoire à son égard les deux propos » incriminés. Le TGI a précisé que pour le premier passage, l’opinion exprimée par Roxana Azimi, qui ne comportait « l’imputation d’aucun fait objectif précis », était donc libre. Pour le second, il a affirmé que « le propos ne porte pas atteinte à l’honneur ou à la considération du demandeur ». Le TGI a ensuite estimé qu’il n’y avait pas injure parce que « dès lors qu’il y est insinué que Jan Krugier pourrait chercher à frustrer ses partenaires en affaires d’une partie de leur bénéfice », ceci « constitue un fait précis susceptible d’être prouvé ». Le tribunal a enfin jugé que le second passage n’était pas davantage injurieux. En conséquence, Jan Krugier a été débouté de toutes ses demandes. Il a été condamné aux dépens et à payer 1 000 euros respectivement à Roxana Azimi, Jean-Christophe Castelain et Artclair Éditions, qui étaient défendus par Me Emmanuel Pierrat. Jan Krugier a un mois pour interjeter appel.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°256 du 30 mars 2007, avec le titre suivant : Jan Krugier condamné

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque