Mercredi 12 décembre 2018

Jacques Martinez, plasticien

Par Colin Cyvoct · L'ŒIL

Le 13 avril 2017 - 345 mots

«Â J’ai commencé ma vie en voulant essayer de comprendre les choses. Je n’ai pas cessé. Je redoute un monde où la raison tournerait le dos à la vie. »

Récusant la vanité de toute culture sans mémoire, Jacques Martinez aime à se définir « platonique laïque d’une Europe latine s’étendant de Palerme à Lisbonne, de Séville à Salzbourg. » Après sa maîtrise de philosophie, il rencontre Ben, commence à peindre en 1967, découvre la liberté de l’artiste, travaille comme assistant de César et d’Arman. « En fait, Martinez s’agite, se débat dans l’épaisseur du réel… », écrit Catherine Millet dans le catalogue Ghiribizzi (2016). Si toute existence est un branle-bas plus ou moins virulent, le combat de Jacques Martinez porte haut une agitation humaine confrontée au vertige de questions sans réponses définitives. « Fabriquer le monde », pas moins, tel est le désir assumé du peintre et du sculpteur œuvrant dans ses ateliers aujourd’hui situés dans le Tessin (Suisse). « Il arrive un moment où il faut aller au-delà de la raison, s’en remettre à la fragilité des sentiments, des sensations, des intuitions. »  Auteur de trois livres­ – « un tous les douze ans, sans faire exprès, à chaque fois je pense que c’est complètement inutile quand ils sont finis » –, Jacques Martinez ajoute dans un grand geste : « S’énerver, ça sert à rien ! » C’est aussi vers l’architecture, vers la pensée architecturale tant historique que très contemporaine, que les sens et l’esprit de l’artiste se portent avec passion : « En architecture, je vois tous les jours des choses formidables. » Logique, donc, sa présence à Venise, dans un atelier éphémère, durant la 57e Biennale !

Biographie

1944 - Naissance à El-Biar (Algérie)

1957 - Arrive à Nice

1975 - Expose à la Galerie Daniel Templon, à Paris et à Milan

1977 - Participe à l’expo « À propos de Nice », au Centre Pompidou

1990 - Expose au Château de Jau, Cases de Pène (Perpignan). Y rencontre Marie Seznec, qu’il épouse deux mois plus tard

2016 - « Ghiribizzi », Mamac (Nice)

2017 - Du 8 mai au 20 octobre à Venise, Clair by Kahn Gallery présente « Jacques Martinez Studio, l’atelier éphémère »

 

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°701 du 1 mai 2017, avec le titre suivant : Jacques Martinez, plasticien

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque