Dimanche 8 décembre 2019

Format repensé

L’édition 2002 des Rencontres d’Arles introduit quelques innovations

Par Olivier Michelon · Le Journal des Arts

Le 19 avril 2002 - 388 mots

Après la nomination
de François Barré
comme président, et le choix en septembre 2001 de
François Hébel pour assurer leur direction, les Rencontres photographiques d’Arles entendent « changer
de format » dès 2002
et promettent encore
plus pour 2003.

ARLES - Si le directeur de la manifestation, François Hébel, tient à préciser que, pour des impératifs budgétaires, “la nouvelle formule de 2003 sera plus complète”, les Rencontres photographiques d’Arles engagent dès 2002 quelques changements. L’allongement de la semaine des projections à 7 soirées, la mise en place de sept Grand Prix de 10 000 euros chacun et aussi l’ouverture de nouveaux lieux d’expositions marqueront cette 33e édition, qui se tiendra du 6 au 14 juillet pour le festival, et se prolongera jusqu’au 18 août pour les expositions. Une journée des coproducteurs d’exposition et de catalogues a aussi été mise en place. Autre nouveau rendez-vous, la présentation chaque année d’une collection privée. Pour l’ouverture, l’Espagnol Enrique Ordonez dévoilera un fonds acquis à partir du milieu des années 1980 et qui, sur plus de 800 pièces, court de Le Gray à Gursky.

Maniement de la chambre photographique
Dans le même temps, une carte blanche a été donnée au Salon Paris Photo pour inviter huit galeries néerlandaises. Avec la disparition de la thématique unique, la multiplication des invitations à des commissaires est une des constantes de cette édition. Confiée à Robert Delpire, la rétrospective de Josef Koudelka (jusqu’au 8 septembre) devrait évidemment être au centre du programme qui comprend plus de vingt expositions, dont des monographies d’Alex MacLean, Larry Sultan, Alastair Thain, Caroline Feyt ou encore Serguei Tchilikov. Martin Parr fera, lui, partager au public sa collection de cartes postales. Enfin, de façon plus historique, le Centre des monuments nationaux présentera à l’abbaye de Montmajour les clichés du Musée pédagogique initié par Jules Ferry en 1879.

Professionnels et habitués retrouveront la route des séminaires et ateliers dirigés par des intervenants de divers horizons. Riche, ce volet proposera ainsi un “master class” de Stéphane Couturier sur l’archéologie urbaine ou encore un stage avec Patrick Messina sur le maniement de la chambre photographique. Parallèlement, les colloques marqueront le temps de la réflexion. Regroupé sous le titre de “Images photographiques, images médiatiques. Les enjeux de la représentation”, un de ceux-ci ne manquera d’ailleurs pas de mettre les producteurs d’images face à quelques-unes de leurs responsabilités.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°147 du 19 avril 2002, avec le titre suivant : Format repensé

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque