Mardi 10 décembre 2019

Florence Viguier : « Nous disposons enfin d’un espace pour les expositions temporaires »

Par Isabelle Manca · L'ŒIL

Le 21 novembre 2019 - 656 mots

MONTAUBAN

Florence Viguier est la directrice du Musée Ingres Bourdelle de Montauban.

Le 14 décembre, le Musée Ingres, rebaptisé Ingres Bourdelle, rouvre après presque trois ans de chantier. Qu’est-ce qui a motivé ces travaux ?

Le point de départ était la circulation à l’intérieur du musée, qui n’était pas agréable ni fonctionnelle. Le musée, installé dans un monument historique, n’était pas équipé d’un ascenseur, et ses collections étaient disposées sur cinq niveaux avec un système de cul-de-sac. Cela empêchait toute fluidité, mais aussi de raconter une histoire à partir de nos collections en organisant un parcours logique. Évidemment, cela limitait l’accueil des personnes à mobilité réduite, mais aussi des parents avec des jeunes enfants. Les normes muséographiques et les exigences du public ont changé et il devenait inconcevable qu’un musée avec de telles collections ne se modernise pas. Cette rénovation est le dernier acte d’un chantier qui a commencé par la rédaction du Projet scientifique et culturel au début des années 2000, suivie par la construction de nouvelles réserves et l’externalisation des bureaux. Ces différentes étapes, ainsi que l’extension que nous venons de réaliser, nous ont permis de faire passer de 2 000 à 4 000 m2 la surface utile à la vie du musée. Pour accompagner ce changement d’envergure, notre équipe a également été renforcée, nous sommes passés de 20 à 29 personnes.

Quelles sont les nouveautés du parcours ?

L’accueil se fait dorénavant dans des pavillons construits à cet effet. Désormais, lorsque l’on pénètre dans la cour, on sent que l’on est dans un lieu contemporain et dans un musée, car, jusqu’à présent, la fonction du musée avait occupé de façon très respectueuse, presque modeste, le palais épiscopal, n’entamant aucune transformation conséquente. Par ailleurs, nous avons rétabli à l’étage un plancher afin de recréer de la continuité et de fluidifier les parcours. Nous avons aussi gagné de l’espace dans les combles, où nous avons installé le cabinet de conservation et de consultation des dessins. Il s’agit d’un lieu essentiel, car la particularité de notre fonds Ingres, c’est d’être constitué de 4 500 dessins. Ce cabinet a été doté d’un mobilier spécialement conçu pour présenter de nombreux dessins en regard des collections personnelles d’Ingres, parce que nous avons hérité de tout ce qui se trouvait dans son atelier, y compris ses collections personnelles, et en particulier ses antiques. Ce nouveau cabinet nous permet de mieux valoriser ce fonds en montrant plus de 200 dessins, contre 80 avant les travaux. Par ailleurs, nous disposons enfin d’un véritable espace pour les expositions temporaires.

Ces travaux se sont-ils accompagnés d’un chantier des collections ?

Oui, nous avons également pratiqué ce que l’on appelle la rénovation silencieuse, c’est-à-dire une attention accrue et soutenue aux fonds pour mieux les faire partager au moment de la réouverture. Nous avons notamment créé un site Internet et mené une vaste campagne de numérisation, y compris du fonds documentaire d’Ingres, qui est passionnant, mais qui était peu exploité. Enfin, nous avons mené une importante campagne de restauration, notamment celle d’un grand tableau de Pierre Franque, qui est un des premiers tableaux à être entrés dans nos collections, mais qui n’était plus exposé depuis des décennies à cause de son mauvais état de conservation. Il sera dorénavant le clou de la chapelle, une salle dédiée à la peinture de salon.

Musée Ingres Bourdelle 

Créé en 1854 grâce à une importante donation d’Ingres, il expose dans un ancien palais épiscopal des œuvres du peintre et d’un autre célèbre montalbanais : le sculpteur Bourdelle.


13 millions d’€
C’est le budget des travaux de rénovation et de réaménagement du musée. Le chantier comporte notamment un important volet de restauration du site classé monument historique.

 

« La modernisation du fameux Musée Ingres constitue l’un des dossiers clés du mandat actuel. L’affaire avait été promise par Brigitte Barèges le temps de la campagne électorale. Il s’agit d’un des plus gros investissements du mandat. » La Dépêche du Midi, le 31 mars 2017.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°729 du 1 décembre 2019, avec le titre suivant : Florence Viguier : « Nous disposons enfin d’un espace pour les expositions temporaires »

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque