Mardi 17 septembre 2019

Théâtre

Festival d’Avignon : le bambou dans la carrière

Hiroshi Teshigahara met en scène trois nô

Par Emmanuel Fessy · Le Journal des Arts

Le 1 juillet 1994 - 491 mots

Le 48ème Festival d’Avignon accorde cet été une large place à la culture japonaise. Hiroshi Teshigahara, dont l’œuvre est signée par le bambou, va mettre en scène trois nô, dont un contemporain.

PARIS - Le bambou, utilisé par les Japonais pour la fabrication des objets ordinaires, est devenu le matériau privilégié des créations d’Hiroshi Teshigahara. Il le dispose sur le sol pour créer des installations, il le redresse pour concevoir des environnements – sorte d’enclos méditatifs –, il le plante en pleine campagne, ou dans le centre des villes, au Japon comme en Occident.

Hiroshi Teshigahara a hérité de la Sogetsu, fondée par son grand-père et devenue la plus importante école d’Ikebana (arrangement floral) au Japon, qui trône dans un immeuble dessiné par Kenzo Tange à Tokyo. Mais le jeune Teshigahara ne se passionne pas pour l’Ikebana et s’attache à renouveler la tradition. Découvrant, dans la campagne japonaise, la souplesse et la résistance du bambou, il a l’idée de le faire participer à l’art floral. "J’ai vu un jour un bois de bambous recouverts de neige, qui pliaient comme un arc, au point que leur cime touchait presque le sol, raconte-t-il, le lendemain la neige avait disparu et les bambous s’étaient redressés".

Le calligraphe, potier, devenu metteur en scène, décorateur et cinéaste (il a réalisé "La femme des sables"), va chercher à élargir cet emploi du bambou, toujours dans une alchimie mêlant tradition et modernité. L’an dernier, on pouvait découvrir à l’Unesco, à Paris, sa mise en scène d’une cérémonie du thé du XXe siècle. Après avoir traversé un long tunnel initiatique en bambou, les visiteurs se dirigeaient vers quatre pavillons de thé conçus par trois architectes contemporains et Teshigahara lui-même.

À Avignon, il va s’emparer de la carrière de Boulbon, à 20 minutes de la ville, où Peter Brook avait présenté son Mahabarata. 3 700 bambous, éclairés la nuit par des flambeaux, vont faire surgir une forêt dans la pierre. Une passerelle – toujours en bambou – marquera le passage du monde des vivants à celui des morts.

À côté de deux nô classiques, présentés en alternance, Teshigahara mettra en scène une création, Susanô, du poète Takayuki Kawabata, comportant un rôle conçu pour une comédienne occidentale. "Il est assez rare qu’un nô soit écrit aujourd’hui au Japon", relève Cécile Sakaï, chargée de la traduction du rôle français. Son sujet est puisé dans La Chronique des choses anciennes, somme mythologique du Japon. Susanô, dieu impétueux et violent, est exilé dans le monde des humains. La distribution comprend l’un des grands défenseurs du nô au Japon, Hideo Kanze. Les costumes ne seront pas traditionnels non plus, mais dessinés par un ancien assistant d’Isseye Miyake.

Festival d’Avignon, location : minitel 3615 code Avignon ou tél. : 90 14 14 14.
En alternance, Susanô et La lande d’Adachi, les 16, 18, 21, 23 et 26 juillet à 22h, Susanô et Kanemaki, les 17, 20, 22, 25 et 27 juillet à 22h, carrière de Boulbon.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°5 du 1 juillet 1994, avec le titre suivant : Festival d’Avignon : le bambou dans la carrière

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque