Mercredi 19 février 2020

Europalia célèbre Horta

Un festival de l’entre-deux-guerres pour repenser l’Europe

Le Journal des Arts

Le 1 octobre 1996 - 485 mots

Europalia, pour la première fois de son histoire, rend compte d’un moment de la vie culturelle européenne. Loin des célébrations nationales organisées avec un pays invité, les manifestations qui ponctueront l’automne témoignent d’un projet caressé durant l’entre-deux-guerres : celui de donner à une ville placée au carrefour de l’Europe un point de rencontre, d’échange et de dialogue.

BRUXELLES (de notre correspondant). L’exposition conçue par Françoise Aubry et Jos Vanden­breeden veut davantage montrer la logique de l’œuvre d’Horta plutôt qu’en multiplier les facettes éparses. À partir de l’idée d’œuvre d’art total, récurente chez Horta, les organisateurs ont axé leur présentation sur des ensembles significatifs d’une volonté qui englobe aussi bien les objets composant l’espace que les êtres qui y vivent. C’est donc à une muséographie spectaculaire que convie l’exposition Horta. Le mobilier se détache devant des photographies grandeur nature pour restituer l’environnement qui en détermine l’esprit ; les éléments subsistants de la Maison du Peuple (stigmate des errances urbanistiques du Bruxelles des années soixante) sont réunis dans une salle ; deux cabinets de dessins regrouperont les ultimes plans conservés, de la main même d’Horta ; et surtout, trois imposantes maquettes témoigneront de l’évolution du travail d’Horta de la Maison du Peuple au Palais des beaux-arts en passant par l’Hôtel Aubecq. Un des traits intéressants de l’exposition tient au fait que le lieu qui l’héberge fait partie intégrante du sujet. À la fois enveloppe et objet, le Palais des beaux-arts revivra sa construction grâce à une importante série de photographies prises au jour le jour.

Un chercheur permanent
À travers cette présentation, qui s’accompagne d’un festival pluridisciplinaire, un autre Horta s’esquisse. Non plus celui, largement reconnu aujourd’hui, de l’inventeur de l’Art nouveau, mais d’un chercheur permanent qui, très rapidement, renonce aux effets démonstratifs d’un Art nouveau qu’il juge baroque pour développer un langage mesuré et construit, sensible à l’esthétique viennoise et bientôt à l’Art déco. Ce qu’Horta nommera lui-même sa "seconde carrière" participe pleinement de ce style nouveau qui triomphera en 1925, à l’occasion de l’Exposition des arts décoratifs modernes de Paris. Si Horta n’apparaît plus comme un précurseur, il appartient de plain-pied à une époque dont l’exposition, et plus largement, le Festival Europalia rendent compte : arts décoratifs avec la dynastie des Wolfers ou le Val-Saint-Lambert ; musique avec la Sym­phonie des psaumes de Stra­vinsky, qui fut créée au Palais des beaux arts en 1930 ; cinéma avec Entr’Acte de René Clair ; ballet avec la rétrospective Kurt Jooss, identique au programme donné en 1933 ; théâtre avec Les Indifférents d’Odi­lon-Jean Périer.

VICTOR HORTA ET LE PALAIS DES BEAUX-ARTS, du 4 octobre au 5 janvier 1997, Palais des beaux-arts de Bruxelles, tlj sauf lundi 10h-18 h, mercredi 10 h-22 h. Entrée : 100 et 250 FB. Catalogue en français et en néerlandais édité par SDZ, 1 200 FB ; en anglais, 1 850 FB. Nombreuses autres manifestations annexes. Programme et informations au (02) 507 85 94.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°29 du 1 octobre 1996, avec le titre suivant : Europalia célèbre Horta

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque