Samedi 15 décembre 2018

Art et communication

Doctor Dunlop et Mystère Love

Le Journal des Arts

Le 1 février 1997 - 334 mots

Un tableau représentant des corps de femmes enchevêtrés et nus, paru dans un journal anglais, attire l’attention de Jean-Louis Goineau, directeur artistique à l’agence Euro RSCG BETC.

Il déchire la page, l’oublie. Quelque temps plus tard, devant concevoir une annonce pour vanter les mérites de la biportance des matelas Dunlopillo, cette photo lui revient en mémoire. Que peut-on, en effet, trouver de mieux qu’un bon matelas qui épouse les formes du corps pour faire des "galipettes" ? C’est logique, presque évident. Ce qui est, en revanche, beaucoup plus mystérieux, c’est l’origine de ce tableau.

N’ayant plus le journal en question et souhaitant utiliser ce visuel, le directeur artistique entame des recherches auprès de commissaires-priseurs, bibliothèques, revues spécialisées, photothèques et autres collectionneurs ou amateurs d’art. Aucun ne connaît, ne peut avancer un nom ou une période avec certitude. Les avis divergent et restent dans le flou. L’aventure se terminera finalement sur l’Internet, sans plus de succès : aucune de ces jolies dames n’y surfait. Le mystère le plus absolu demeure.

L’hypothèse la plus souvent retenue serait qu’un artiste contemporain aurait simplement joué du pinceau "à la manière de" pour assouvir, peut-être, ses fantasmes.
En tout état de cause, c’est pour l’instant une bonne affaire pour l’agence et l’annonceur qui, en dépit des démarches entreprises, ont simplement pu reproduire la photo sans avoir de droits à payer.
La parution de cette annonce n’a suscité aucune réaction négative, ni aucune plainte, malgré l’érotisme de la représentation. À l’art, tout est permis. La publicité à travers l’art peut-elle aussi tout se permettre ? Pas si sûr. De jeunes top models dans la même situation auraient-elles suscité la même "neutralité" ?

Qui est qui ? Qui fait quoi ? De l’œuvre et de ses personnages, on ne saura jamais rien. À moins que les lecteurs du Journal des Arts n’aient une petite idée... Qu’en pensez-vous ?

Agence : Euro RSCG Babinet Erra Tong Cuong
Directeur de création : Rémi Babinet
Concepteur-rédacteur : Jean-François Goize
Directeur artistique : Jean-Louis Goineau

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°33 du 1 février 1997, avec le titre suivant : Doctor Dunlop et Mystère Love

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque