Lundi 17 décembre 2018

« Di Suvero fortissimo »

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 26 septembre 1997 - 179 mots

Après Fernando Botero, Bernar Venet et l’exposition \"Champs de la Sculpture\" sur les Champs-Elysées, la Mairie de Paris entend poursuivre sa présentation des grands sculpteurs du XXe siècle.

Neuf sculptures monumentales de Mark di Suvero sont installées jusqu’au 16 novembre sur l’Esplanade des Invalides, place Saint-Germain-des-Prés, devant la Bibliothèque de France-François Mitterrand, place aux Lions (entre la Grande halle de La Villette et la Cité de la musique) et devant l’Unesco. L’artiste, né en Chine de parents vénitiens, réside depuis 1972 sur un chantier du port fluvial de Chalon-sur-Saône. Ses recherches sur l’espace l’ont conduit à réaliser des pièces conçues à partir d’assemblages architectoniques de poutres d’acier, brutes ou peintes, qui leur donnent un aspect spatial dynamique et dépouillé. Ainsi, Racine du Naos (1996, reproduit ci-dessus) installée place Fontenoy, face à l’Unesco, mesure trois mètres de haut et pèse trois tonnes, alors que certaines œuvres atteignent les vingt-cinq tonnes. Parallèlement à cette installation dans les rues de capitale, la péniche de Mark di Suvero est amarrée sous le pont Alexandre III, près des Champs-Élysées, et accueille une petite exposition.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°44 du 26 septembre 1997, avec le titre suivant : « Di Suvero fortissimo »

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque