Vendredi 16 novembre 2018

Politique culturelle

Dessine-moi une eurorégion !

Avec ses régions limitrophes – Sarre, Lorraine, Wallonie, Rhénanie-Palatinat –, le Luxembourg lance ses festivités de capitale européenne de la culture 2007

Le Journal des Arts

Le 8 janvier 2008 - 583 mots

LUXEMBOURG - Luxembourg- Grande Région, la première capitale européenne à cheval sur trois pays... et l’on se met à rêver à nouveau de l’Europe. En effet, la locomotive luxembourgeoise entraîne ses frileux voisins sur les rails à grande vitesse des manifestations culturelles à l’échelle européenne.
L’idée originale d’élargir ce concept de capitale culturelle, pour laquelle la ville de Luxembourg était candidate, à ses régions limitrophes (Sarre, Lorraine, Wallonie, Rhénanie-Palatinat) tient avant tout à la volonté d’un homme politique fervent européen : Jean-Claude Juncker.
Et si positionner le grand-duché comme centre naturel d’un territoire autrement plus important que ses seules limites nationales peut apparaître comme une forme d’hégémonie, cela correspond pourtant peu ou prou à une réalité économique. Plus de 120 000 personnes franchissent tous les jours les frontières de ce petit État pourvu de 220 banques et de quelques institutions européennes.
Alors, forcément, pour les esprits chagrins, le Luxembourg s’en tire avec la part belle des festivités et événements culturels, tandis que les miettes resteraient aux régions limitrophes... Tout est question de volonté, et le constat peut paraître rude lorsque l’on a, pour une fois, l’occasion de se comparer. 500 projets dont 135 transfrontaliers et plus de 5 000 événements financés par 45 millions d’euros du côté luxembourgeois contre 1 million pour chacune des autres régions.
2007 n’est donc pas à penser comme un aboutissement, mais bien au contraire comme un commencement. Peut-être le début d’une ère nouvelle où nos contrées lointaines ne seraient plus symbolisées par un cerf bramant seul au milieu d’une obscure forêt [le logo de l’opération]. S’il est bien un symbole peu porteur de valeurs de changement, c’est bien celui de cette brave bête soumise à ses instincts les plus primaires. La bestiole ne cesse de se battre avec ses congénères pour conserver sa position dominante, celle du reproducteur. Difficile de trouver valeur plus dépassée : la virilité ! En dehors de ce point de détail, il n’en reste pas moins que Luxembourg 2007 recouvre des enjeux importants en termes de construction européenne ou, plus exactement, de déconstruction nationaliste et régionaliste qu’il est bon d’évoquer, de répéter encore et encore. S’il est bien un sujet d’avenir, c’est celui de la destruction physique et symbolique des frontières et celui de la construction de valeurs communes, invisibles et inappropriables. L’espace Grande Région pourrait être ce terreau favorable à l’expérimentation : de nouvelles formes d’apprentissage des langues, par exemple. À quand des Lorrains et des Belges trilingues comme tout bon citoyen luxembourgeois, de nouvelles formes de collaborations artistiques qui créeraient une identité « middle center of Europe », de nouvelles formes de discours pouvant susciter un espace libre de pensée et donc de résistance. Ainsi, il nous plaît de militer pour un lieu favorable à l’émancipation de la pensée, à l’affranchissement des préjugés, au rejet des dogmes et à inviter à dépasser les frontières de la rationalité.
Si lumières et éblouissements sont ouvertement revendiqués en ces périodes de festivités, traiter de l’obscurité, de la pénombre répond à cette nécessité d’échapper à la surconsommation et au diktat du tout visible. Parce que la voûte céleste qui a fait tant rêver penseurs et artistes est en voie de disparition, parce qu’un humain sur cinq ne voit plus les étoiles, il est urgent de réintroduire la « luxiole » !
 

(1) À voir : trois structures de diffusion de l’art contemporain de cette Grande Région, le Casino Luxembourg, le Frac Lorraine et le Saarlandmuseum de Sarrebruck se sont associées autour d’une proposition ON/OFF. Rens. www.luxembourg2007.org

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°250 du 5 janvier 2007, avec le titre suivant : Dessine-moi une eurorégion !

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque