Samedi 15 décembre 2018

Déchiffrer Cy Twombly

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 3 décembre 2004 - 330 mots

« Comme Jacques Lacan le disait de l’inconscient, l’œuvre de Cy Twombly "est structurée comme un langage". » Dans une nouvelle monographie de Cy Twombly (né en 1928), Richard Leeman offre un éclairage de l’œuvre complexe de l’artiste américain. À partir d’analyses visuelles et psychanalytiques, le maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université de Bordeaux et conseiller scientifique à l’INHA (Institut national d’histoire de l’art) procède à un décryptage approfondi d’un travail, en apparence spontané, en réalité largement codifié.
La description des années de formation au célèbre Black Mountain College, de l’influence littéraire de son recteur Charles Olson et de l’inspiration trouvée auprès des « éléments primitifs, rituels et fétichistes » sont autant de sésames à la compréhension de l’œuvre de Twombly. L’écriture et l’impulsivité se trouvent en effet au cœur de son travail, l’artiste allant jusqu’à dessiner dans l’obscurité afin d’obtenir un tracé graphique dénué de rationalité. Leeman identifie les sources mythologiques, symboliques et historiques des « gribouillis », pictogrammes et autres traces expressives du dessinateur, soupçonné par Alfred Barr, directeur et fondateur du MoMA, de vouloir « détruire la peinture ». La matière picturale en elle-même a pourtant pris une place de plus en plus importante dans l’œuvre récent de Twombly, au même titre que la couleur, seule maître de la toile. Pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage, peindre, dessiner et écrire constituent pour l’artiste un seul et même acte.
Mais l’intérêt de cette monographie richement illustrée tient aussi dans son évocation du contexte historique de l’œuvre. Leeman revient notamment sur la complicité entre Twombly et Robert Rauschenberg, et rappelle l’accueil plus que glacial de la critique et du public new-yorkais lors de son exposition en 1953 à la Swann Gallery, dirigée par Eleanor Ward. L’approche formaliste de l’auteur est en accord avec le discours tenu à l’époque par Clement Greenberg, le théoricien de l’expressionnisme abstrait.

RICHARD LEEMAN, CY TWOMBLY, Éditions du Regard, 2004, 324 p., 400 ill. couleur, 90 euros, ISBN 2 84105 174 9.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°204 du 3 décembre 2004, avec le titre suivant : Déchiffrer Cy Twombly

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque