Crédits en hausse pour le patrimoine

Le Journal des Arts

Le 13 novembre 2007

Le 17 septembre, le ministre de la Culture et de la Communication
Jean-Jacques Aillagon a présenté en Conseil des ministres un plan en faveur
des monuments historiques. Effort budgétaire accru, incitations fiscales pour les propriétaires privés, restitution de la maîtrise d’ouvrage aux collectivités territoriales, mesures de décentralisation et actions de sensibilisation sont au programme de ce plan en cinq volets.

PARIS - Depuis la remise d’un rapport au ministre “sur l’état sanitaire du parc immobilier classé”, les piètres conditions de conservation du patrimoine français sont apparues au grand jour – sur les 15 000 monuments classés, 2 800 (soit près de 20 %) sont “en péril”. Les risques auxquels sont exposés ces édifices ont même pris un tour dramatique avec l’incendie du château de Lunéville (janvier 2003) et, plus récemment, l’effondrement du plancher du château de Chambord (août 2003). Le 17 septembre, soit trois jours avant le lancement des 20e Journées du patrimoine, le ministre de la Culture et de la Communication Jean-Jacques Aillagon a mentionné cette “situation préoccupante” en Conseil des ministres, préambule à l’annonce de son “plan national en faveur du patrimoine”. Souhaitant associer l’État (détenteur de 6 % des monuments historiques), les collectivités territoriales, les propriétaires privés et les associations de défense du patrimoine, ce plan comporte cinq grands axes. L’État s’engage tout d’abord à accroître de manière durable le budget alloué aux monuments historiques (hors Versailles). De 204 millions d’euros, les crédits devraient passer à 224 millions en 2004 puis atteindre 260 millions en 2008, tandis que 135 millions d’euros seront consacrés au château et au domaine de Versailles. Le deuxième volet concerne associations et propriétaires privés (détenteurs de la moitié des édifices protégés), dont l’action devra être facilitée par des mesures d’ordre fiscal et juridique. En outre, “la question de la transmission des monuments historiques privés et des objets classés fera l’objet d’une mission d’étude et de proposition. Il s’agit d’éviter des partages successifs qui nuisent à la conservation des édifices”, a déclaré le ministre. Troisième point : la simplification des procédures en matière de protection et de travaux sur les monuments historiques, jugées trop longues et trop complexes. La maîtrise d’ouvrage sera restituée aux propriétaires, qui pourront choisir pour la maîtrise d’œuvre entre au moins trois architectes des monuments historiques.
Ceux-ci devraient par ailleurs voir leur nombre doubler d’ici 2006. “Sous couvert de décentralisation, on assiste à la privatisation du service public”, s’est indignée la CFDT-Culture dans un communiqué diffusé à la presse. “La majorité des propriétaires de monuments historiques sont des petites communes qui n’ont ni les moyens techniques ni les moyens humains d’assurer ce travail jusque-là effectué gratuitement par l’État. Elles n’auront d’autre solution que le recours à des prestataires privés”, a ajouté le syndicat.
Le ministre a ensuite décliné ses mesures, déjà connues, en faveur de la décentralisation : les collectivités territoriales recevront la responsabilité des opérations d’inventaire, et celles qui en feront la demande pourront gérer une série de monuments historiques, dont la liste sera prochainement établie par une commission spéciale. Dans le même temps, “l’État procèdera à la modernisation des modes de gestion des édifices qu’il conservera”. À l’instar de Chambord, qui va adopter le statut d’établissement public d’ici à 2005, d’autres “grands châteaux-musées” pourraient ainsi se voir prochainement confier la responsabilité de leur gestion. Enfin, Jean-Jacques Aillagon a insisté sur la nécessité d’encourager et de promouvoir “la connaissance de notre patrimoine”, en particulier par des “actions de formation et de sensibilisation”. Un rôle qui devrait être dévolu à la Cité de l’architecture et du patrimoine, dont l’ouverture au Palais de Chaillot est prévue pour 2005.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°177 du 26 septembre 2003, avec le titre suivant : Crédits en hausse pour le patrimoine

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque