Mercredi 14 novembre 2018

Rétrospective

C’est arrivé cet été…

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 7 septembre 2010 - 1730 mots

Tour d’horizon de l’actualité culturelle et artistique pendant les mois de juillet et d’août.

5 juillet
AIX-EN-PROVENCE
Le Musée Granet, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), et la Réunion des musées nationaux (RMN) ont signé une convention de partenariat de quatre ans. Première en France, destinée à doper la fréquentation du musée et multiplier ses projets, elle s’inscrit dans une « politique de développement en région », a précisé Thomas Grenon, administrateur général de la RMN. 

7 juillet
VALLAURIS
Fermée le 21 avril après que le maire UMP de Vallauris (Alpes-Maritimes) a reçu des plaintes d’anciens combattants et harkis au sujet d’une des vidéos présentées, l’exposition de l’artiste franco-algérienne Zineb Sedira au Musée national Picasso, à Vallauris, a pu rouvrir ses portes. L’État s’est substitué à la mairie pour fournir le personnel nécessaire au déroulement de l’exposition. 

7 juillet
PARIS
Loin des tumultes de l’affaire Bettencourt, les prix de la Fondation Bettencourt Schueller pour l’Intelligence de la main, destinés à promouvoir le travail des artisans d’art et dotés chacun de 50 000 euros, ont été remis. Julian Schwarz, sculpteur et tailleur de bois, a été désigné « Talent d’exception » pour son œuvre Bullnose, une urne taillée dans un seul bloc de chêne, tandis que le céramiste Claude Aïello et le designer Mathieu Lehanneur ont reçu le prix « Dialogue » pour L’Âge du monde – Jarre démographique, une modélisation 3D en argile noir émaillé de la pyramide des âges de différents pays. 

8 juillet
ANGERS
Les vestiges de l’ancien camp d’internement de tziganes de Montreuil-Bellay, près d’Angers (Maine-et-Loire), ont été inscrits comme monument historique, une première en France. Le classement porte sur la prison, le réfectoire, l’école, l’infirmerie, les sanitaires et les logements de ce camp de plus de 5 hectares connu grâce aux travaux de l’historien et écrivain Jacques Sigot. 

12 juillet
PARIS
Un fétiche à clous Nkondé originaire de l’ancien royaume du Gabon et volé dans les réserves du Musée de l’homme, à Paris, il y a cinquante ans a été restitué au Musée du quai Branly par la fille du collectionneur d’art africain Armand Charles. Ce dernier l’avait acquis de bonne foi, a précisé le ministre de la Culture, lors de la remise officielle de l’œuvre. Celle-ci avait refait surface fin 2009 lors de la vente de la collection Armand Charles à Drouot. 

12 juillet
MOSCOU 
La justice russe a condamné les deux organisateurs de l’exposition « Art interdit 2006 » du Musée Sakharov, à Moscou, à une amende de 9 000 euros alors que le parquet avait requis trois ans d’emprisonnement. Iouri Samodourov, directeur du musée au moment des faits, a été condamné à 200 000 roubles d’amende (5 100 euros) et Andreï Erofeïev, le commissaire de la manifestation, à 150 000 roubles (3 900 euros), pour avoir commis « des actes visant à attiser la haine raciale » et religieuse. Figurant le Christ dans une publicité pour McDonald’s ou un Mickey Mouse dans une scène religieuse, les œuvres présentées avaient suscité la colère d’une organisation ultra-orthodoxe et nationaliste russe, le Concile du peuple, à l’origine du procès. 

13 juillet
BURGOS
Situé non loin du gisement archéologique d’Atapuerca dont il exposera quelque 200 pièces, le Musée de l’évolution humaine de Burgos (Espagne) a été inauguré le 13 juillet. D’une superficie de 15 000 mètres carrés, il a été construit sur les plans de l’architecte Juan Navarro Baldeweg pour un coût total de 70 millions d’euros. Ses responsables espèrent attirer chaque année quelque 300 000 visiteurs. 

27 juillet
ROME
Tandis que les restes du Caravage sont présentés au public dans le port toscan de Porto Ercole (Italie, Toscane) depuis le 4 juillet, des experts réunis à Rome ont estimé que Le Martyre de saint Laurent, découvert dans une église de la capitale italienne, n’est pas de la main du peintre comme cela avait d’abord été annoncé, mais serait une œuvre de l’école caravagesque réalisée avant 1625, à Naples, à Malte ou en Sicile. 

28 juillet-3 août
BRASILIA
Réunis au Brésil, à Brasilia, les membres du comité du patrimoine mondial ont désigné les 21 nouveaux sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Parmi eux figurent deux sites français : la cité épiscopale d’Albi avec sa cathédrale Sainte-Cécile, imposant édifice de brique construit en 1282, et les cirques et remparts de l’île de la Réunion. Le quartier des canaux construit aux XVIe et XVIIe siècles à Amsterdam, la cité impériale de Thang Long-Hanoi au Viêt-nam, des monuments historiques de Dengfeng et les sites naturels de Danxia en Chine, la place São Francisco à São Cristóvão au Brésil, les districts d’At-Turaif à ad-Dir’iyah en Arabie Saoudite, le site archéologique de Sarazm au Tadjikistan, le site d’observation astronomique Jantar Mantar de Jaipur en Inde, des villages claniques historiques de Hahoe et Yangdong en République de Corée ont également été retenus. Autres sites culturels inscrits : au Mexique, les grottes préhistoriques du centre de la vallée d’Oaxaca et un chemin tracé au XVIe siècle traversant le pays et les États-Unis, le Camino Real de Tierra Adentro ; en Iran, le bazar historique de Tabriz ainsi que l’ensemble du Khanegah et le sanctuaire soufi de Cheik Safi al-Din à Ardabil ; les hauts plateaux du centre du Sri Lanka ; l’archipel américain des Papahanaumokuakea des îles Hawaï. Sans oublier l’atoll de Bikini, théâtre d’essais nucléaires américains dans les îles Marshall, des sites de bagnes australiens, le plateau de Putorana en Russie et l’aire protégée des îles Phoenix de Kiribati. L’archipel des Galapagos a, pour sa part, été retirée de la liste des sites en péril. Quelque 911 sites figurent désormais au patrimoine mondial de l’Unesco. 

4 août
PARIS
Feuilleton politique de l’été, l’affaire Éric Woerth a connu un nouveau rebondissement avec les révélations de Libération. Preuves écrites à l’appui, le quotidien démontre que le ministre du Travail est intervenu en 2008 dans la succession César pour obtenir un dégrèvement fiscal de 27 millions d’euros sur l’héritage du sculpteur. Et ce, à la suite de pourparlers avec l’exécuteur testamentaire de l’artiste, Alain-Dominique Perrin, président de la Fondation Cartier pour l’art contemporain, également généreux donateur de l’UMP. Par un communiqué, Éric Woerth s’est défendu le jour même de toute illégalité dans cette intervention. 

15 août
LE CAIRE
Le Musée d’art islamique du Caire a été inauguré par le président Hosni Moubarak le 14 août, après huit années de travaux de rénovation pour 10 millions de dollars (7,8 millions d’euros). Le public devait attendre les premiers jours de septembre pour avoir accès aux 25 nouvelles salles d’exposition de cet édifice construit en 1903, où plus de 2 000 œuvres sont présentées (sur les 100 000 objets que compte la collection).

Disparitions
L’historien de l’art et conservateur allemand Werner Schmalenbach est décédé le 6 juillet à l’âge de 89 ans. Conservateur du Musée des arts décoratifs de Bâle, directeur de la Kestner Gesellschaft à Hanovre de 1955 à 1962, il a été commissaire de la section internationale de la Biennale de Venise en 1960 et, à partir de 1962 jusqu’à sa retraite en 1990, le premier directeur de la Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen, à Düsseldorf.
Âgé de 62 ans, Jacques-Yves Bruel s’est éteint le 8 août à Toulouse (Haute-Garonne). De retour d’Afrique en 1981, l’artiste collecte et transforme des bidons de plastique usagés, des « Masques-homme » et « Pur-purs » aux « King Tongs ». Se distinguant de l’exotisme en vogue dans les années 1990, les œuvres de Bruel mettent en abyme les notions d’ethnocentrisme et d’originalité, lorsqu’il conçoit des répliques de masques Sépik à partir de planches à voile, ou expose les chiffons utilisés par les balayeurs africains.
Spécialisé dans le design historique européen de l’après-guerre, l’antiquaire belge Philippe Denys est décédé le 10 juillet. Né en 1949, autodidacte, il avait ouvert sa première galerie au milieu des années 1980 rue Lebeau, à Bruxelles, autour de l’Art nouveau belge et l’art russe. En février 1992, il installait sa galerie sur la place du Sablon et, deux ans plus tard, participait à sa première Biennale des antiquaires, à Paris, puis à Tefaf Maastricht en 1996. C’est lui qui y créa la section « Design » en 2008.


Œuvres en danger
Cet été a été marqué par une série de vols d’œuvres d’art dans les musées ou chez des particuliers. Les méfaits ont commencé au Brésil, au Musée d’art contemporain d’Olinda (à côté de Recife) où une toile du peintre Candido Portinari (1903-1962) a été dérobée le 15 juillet. Intitulée Enterro (funérailles), datée de 1959, elle est évaluée à 678 000 dollars (534 000 euros).
Entre le 10 juillet et le 10 août, plusieurs tableaux de maître ont été subtilisés chez un particulier à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), parmi lesquels un dessin de Degas et deux Toulouse-Lautrec.
Le 12 août, la grotte de Tautavel (Pyrénées-Orientales), haut lieu de la préhistoire, a été victime d’un vol – un moulage de la face de l’homme de Tautavel – par des individus qui ont également brisé un crâne d’ours vieux de 560 000 ans en essayant de l’emporter.
Le 18 août, à Bruges (Belgique) cette fois, une sculpture en bronze de Dalí­, La Femme aux tiroirs (1964), a disparu en plein jour d’une salle d’exposition. L’œuvre, estimée entre 100 000 et 120 000 euros, était assurée, mais elle n’était pas protégée par un système d’alarme spécifique.
Le vol le plus spectaculaire reste sans nul doute celui d’une toile de Van Gogh, les Coquelicots, dérobée le 22 août au Musée Mahmoud Khalil, au Caire (Égypte). Estimée à plus de 50 millions de dollars (40 millions d’euros), elle a été découpée de son cadre en pleine journée alors que le système d’alarme et la plupart des caméras de surveillance sont en panne depuis 2006. Selon l’enquête du procureur, seul un garde assure d’ordinaire la sécurité du musée qui abrite l’une des plus importantes collections d’art moderne européen au Moyen-Orient. Cinq personnes, dont le chef du département des beaux-arts au ministère, ont été arrêtées et inculpées de négligence.
Seule bonne nouvelle : le Picasso et 26 autres des 32 tableaux dérobés fin 2009 dans une résidence à La Cadière-d’Azur (Var) ont été retrouvés à La Ciotat (Bouches-du-Rhône) le 1er juillet. Outre un dessin de Picasso, La Ronde de la paix (1961), estimé 180 000 euros, figuraient des œuvres de l’école provençale et de l’école de Paris des XIXe et XXe siècles signées Ambrogiani, Chabaud, Fujita, Marcoussis ou Rousseau pour un ensemble évalué à 500 000 euros.

Nominations

L’ancien directeur général du château de Versailles, Pierre Arizzoli-Clémentel, présidera le comité de programmation du Musée du Luxembourg, a annoncé le président du Sénat, Gérard Larcher, le 13 juillet. Désormais géré par la Réunion des musées nationaux, le Musée doit rouvrir ses portes le 5 février.
Le couturier Christian Lacroix a été nommé, le 10 juillet, conseiller artistique de la Monnaie de Paris, à la fois outil industriel au service de l’État, entreprise commerciale et lieu de création, de conservation et de patrimoine doté d’un musée.
Candidat malheureux à la Villa Médicis, remplacé par Xavier Darcos à la tête de Culturesfrance où il officiait depuis 1999, Olivier Poivre d’Arvor a été nommé, le 19 août, à la direction de la radio France Culture.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°330 du 10 septembre 2010, avec le titre suivant : C’est arrivé cet été…

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque