Accueil des publics

Par Sophie Flouquet · Le Journal des Arts

Le 3 juin 2008

Pilote en matière des services destinés aux visiteurs, le Musée du quai Branly arrive logiquement en tête. Outre le Louvre, il est talonné par des musées régionaux, tels ceux d’Orléans, Rouen ou Clermont-Ferrand.

Outre la qualité des collections, passer un agréable moment au musée – et donc avoir envie d’y revenir – dépend d’une conjonction de facteurs. Savante recette que ne semblent pas encore maîtriser tous les établissements. Cette année encore, notre palmarès démontre qu’il n’est pas nécessaire d’être un grand musée parisien pour proposer de bonnes prestations d’accueil à ses publics. Si la première position de ce sous-classement est détenue par le récent Musée du quai Branly, à Paris, qui a fait de cette préoccupation un axe majeur de sa politique, plusieurs musées de régions s’y trouvent en très bonne place : le Musée des beaux-arts d’Orléans, qui perd la pole position mais conserve une excellente seconde place ; le Musée des beaux-arts de Rouen, 4e ex aequo avec le Musée d’art Roger-Quilliot à Clermont-Ferrand. Le récent Mac/Val (Musée d’art contemporain du Val-de-Marne), à Vitry-sur-Seine, fait lui aussi une entrée remarquée – et logique – dans ce classement, en s’inscrivant à la 9e place.
Pour évaluer la qualité de l’accueil, suivons le parcours d’un visiteur lambda. Quelques préalables sont nécessaires. La première étape consiste à préparer son déplacement afin de ne pas trouver porte close. Minitel et serveur vocaux étant aujourd’hui dépassés, le moyen le plus simple est évidemment la connexion sur Internet. Or, ô surprise, seuls 38 % des musées étudiés dans notre panel disposent aujourd’hui d’un site en propre. Si les grands musées sont tous bien dotés – bien que certains méritent une mise à jour plus régulière –, l’effort à produire concerne principalement les musées de collectivités territoriales, souvent cantonnés à une maigre page hébergée sur le site de leur tutelle. La visite sera ensuite contrainte par le nombre de jours et la souplesse des horaires d’ouverture de l’établissement. Nos statistiques révèlent que la médiane des jours ouvrés dans les musées se stabilise autour de 304 jours par an, 310 pour les grands établissements parisiens. En milieu urbain, les ouvertures nocturnes constituent indéniablement un atout supplémentaire. Le Musée national d’art moderne/Centre Pompidou (15e), à Paris, ouvert jusqu’à 22 heures, détient logiquement la palme dans ce domaine, devant le Louvre avec 103 nocturnes par an, le Musée du quai Branly (84) mais aussi le Palais des beaux-arts de Lille (77), lequel tient son rang parmi les grands musées régionaux.

La baladodiffusion
En cette période de mise en berne du pouvoir d’achat, les tarifs affichés ne doivent pas paraître prohibitifs. Si le prix d’entrée médian, 3,50 euros, semble peu élevé, le grand écart est pratiqué entre la somme royale de 15 euros exigée en haute saison à Versailles (17e) et l’obole de 2 euros demandée à l’entrée du Musée de Grenoble (28e). Certains musées, tels ceux dépendant de la Ville de Paris, compensent néanmoins ouvertement la gratuité de leurs collections permanentes en pratiquant pour leurs expositions temporaires des tarifs élevés, qui atteignent 9 euros au Petit Palais (21e). Si cette barrière financière est indéniable, d’autres freins perdurent encore trop souvent. Le point noir reste l’accessibilité aux visiteurs atteints d’un handicap, seuls 51 % des établissements déclarant offrir une accessibilité supérieure à 70 % de leur parcours (lire l’encadré p. 14).
Une fois sur place, le visiteur doit trouver matière à satisfaire sa curiosité. Il est à noter qu’un effort a été produit par les musées pour ouvrir un maximum de salles au public. Si ces ouvertures sont souvent tributaires du nombre d’agents de surveillance dont les établissements disposent, elles sont parfois dépendantes de facteurs plus surprenants. Ainsi au Musée Carnavalet (55e), à Paris, où l’absence de chauffage dans certaines salles contraint à quelques fermetures hivernales imprévisibles. Comme toutes les enquêtes de publics le confirment, l’accompagnement à la visite demeure une des attentes majeures des visiteurs. L’audioguide semble pourtant ne toujours pas faire l’unanimité dans les musées, seuls 18 % d’entre eux en étant équipés. Ce choix pénalise sensiblement le Musée national d’art moderne dans ce sous-classement Accueil, où il ne figure qu’en 15e position. Si toutes les collections ne se prêtent pas à ce mode de visite – plans, fiches mobiles ou visites classiques avec conférencier sont également très appréciés –, certains musées, à l’instar des Abattoirs-Musée d’art moderne et contemporain de Toulouse (10e), expérimentent d’autres voies, telles les visites payantes téléchargeables sur Internet pour une écoute en baladodiffusion.
Pour se remettre de l’effort physique et intellectuel que représente une visite au musée, rien ne vaut un arrêt à la cafétéria. Notons toutefois que seuls 17 % des établissements de notre palmarès disposent d’un espace de restauration dont la surface est supérieure à 20 m². Ces chiffres sont faussés par la tendance des musées parisiens – ainsi, récemment, les Arts décoratifs (10e) –, à vouer ces espaces pour l’implantation de restaurants haut de gamme. Si ces concessions procurent une redevance substantielle à des musées en quête de ressources, on peut légitimement s’interroger sur leur impact en termes de prestations d’accueil offertes aux visiteurs. Enfin, solidarité oblige envers la cause de musées désormais désargentés, tout visiteur devra se délester de quelques euros dans l’incontournable espace commercial. Fort heureusement, la librairie reste la boutique la plus répandue dans l’enceinte des musées. La moitié des établissements interrogés en sont dotés, signe que la Réunion des musées nationaux (RMN), partie à la conquête de ce juteux marché dans les musées régionaux, dispose encore de belles marges de progression.

Accessibilité, en progrès, peut mieux faire

Le retard devra être comblé avant le 1er janvier 2015, conformément au décret du 18 mai 2006 relatif à l’accessibilité aux handicapés des établissements recevant du public. Or, d’après les données collectées dans notre enquête, seule une courte majorité des musées offre aujourd’hui un accès à plus de 70 % de leur parcours muséographique aux personnes en situation de handicap. Dès 2001, le ministère de la Culture s’est pourtant doté d’une commission nationale « Culture-Handicap », chargée de réfléchir à ces problèmes, qui concernent à la fois l’accessibilité du cadre bâti, le confort d’usage, mais aussi l’adaptation de l’offre culturelle aux différentes typologies de handicap. D’après les dernières statistiques de l’Insee sur le sujet (datées de 2001), 25 % de la population est âgée de plus de 60 ans ; 13,4 % est atteinte d’une déficience motrice ; 6,6 %, mentale et 11,4 %, sensorielle. Cela sans oublier les incapacités temporaires (accident, grossesse) et autres circonstances extérieures (accompagnements d’enfants en bas âge). Une mission de pilotage a été confiée en 2003 à deux établissements : la Cité des sciences et de l’industrie à la Villette et le Musée du quai Branly. Ce dernier, leader en termes d’accueil, n’a pas ménagé ses efforts pour proposer une offre complète : visites et ateliers spécifiques, horaires réservés, guide vidéo en langue des signes mais aussi parcours tactile au cœur du plateau des collections (« la rivière »). Le ministère de la Culture vient par ailleurs d’éditer un guide afin d’aider les professionnels à améliorer leurs prestations, mais l’état des lieux des équipements culturels ne sera pas disponible avant 2011.

Guide téléchargeable sur Internet : www.culture.gouv.fr/handicap/guide-intro.html

Le casse-tête du juste prix

Se caler sur l’offre existante et établir une politique tarifaire adaptée aux différents publics. Tel est le parti pris qui a présidé au choix du tarif plein de 8 euros – 13 en comprenant les expositions temporaires — en vigueur au Musée du quai Branly. Ce qui le place au niveau du Louvre (9 euros) et un peu en dessous du Musée national d’art moderne/Centre Pompidou (10 euros). Toutefois, des études ont révélé que la sociologie des visiteurs des expositions temporaires du Quai Branly était différente de celle, plus populaire, du plateau des collections. Une nouvelle tarification, plus basse, sera donc adoptée au 1er août 2008. Aux Arts décoratifs, à Paris, le prix a été revu à la hausse lors de la réouverture. De 6,50 euros, le billet a grimpé à 8 euros, s’alignant ainsi sur les grands musées parisiens. « L’augmentation s’est faite avec la volonté de rester raisonnable en s’intégrant de manière cohérente dans l’offre culturelle des autres musées, tout en prenant en compte l’offre démultipliée qu’implique l’ouverture du Musée des Arts décoratifs : l’institution gagnait 6 000 m2 de collection permanente et quatre espaces d’expositions temporaires supplémentaires », explique-t-on au musée. L’augmentation a par ailleurs été compensée par la mise à disposition gratuite d’un audioguide. Géré par un conseil général communiste, le Mac/Val à Vitry-sur-Seine a pour sa part opté pour un prix légèrement supérieur à la médiane, soit 4 euros en tarif plein, et une gratuité ciblée, afin de s’adresser au plus grand nombre. L’objectif n’est pas financier, puisque seulement 90 000 euros de recettes en billetterie ont été perçus en 2007 pour un total de 86 000 visiteurs.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°283 du 6 juin 2008, avec le titre suivant : Accueil des publics

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque