Accord(s) entre le Duc de Sutherland et les musées britanniques pour conserver deux Titien

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 2 septembre 2008

LONDRES (UK) [02.09.08] - le Duc de Sutherland, souhaite vendre les deux Titien de la collection familiale, prêtées depuis 1945 à des musées britanniques. Plusieurs tractations sont en cours pour les garder dans le domaine public.

Diane et Actéon (1556-1559)© National Gallery of Scotland

La National Gallery d'Ecosse a acquis une renommée internationale grâce à la collection Bridgewater, prêtée depuis la fin de la seconde guerre mondiale par la famille du duc de Sutherland. L'aristocrate souhaite vendre aujourd’hui deux tableaux du Titien de sa collection, et aurait conclu un accord avec l'institution écossaise et la National Gallery de Londres.

Le duc s'engagerait à laisser en prêt l'ensemble de sa collection pour une période d'au moins 21 ans, en contrepartie de l’acquisition en deux temps de ses deux toiles majeures. Les deux musées britanniques doivent pour cela recueillir 50 millions de livres (61,5 millions d’euros) avant la fin de l'année 2008 afin d'acquérir la toile Diane et Actéon du peintre le Titien. Le contrat prévoit l'acquisition de la seconde oeuvre du Titien, Diane et Callisto, dans un délai de quatre ans, au même prix. Les deux ventes sont consenties à un prix nettement inférieur au marché, puisque les deux toiles sont estimées 300 millions de livres (369 millions d’euros).

La National Gallery d'Ecosse et la National Gallery de Londres ont lancé jeudi 27 août un appel auprès des donateurs privés et du Trésor public britannique, afin de recueillir les fonds nécessaires à la transaction.

Cet accord préserverait l'intégrité de la collection constituée de toiles de maîtres dont Raphaël, Poussin, Rembrandt et le Titien. La collection serait alors exposée alternativement entre les deux musées.

Par ailleurs, selon The Independant, une convention secrète aurait été passée entre le duc et le gouvernement britannique afin que ce dernier garantisse le financement de l’opération au cas où l’appel au public serait insuffisant. La convention était, jusqu’à présent, secrète afin d’une part de ne pas décourager les donateurs et d’autre part ne pas montrer au public que l’Etat vient en aide à un riche aristocrate. (Source: AFP/ Times / The Independant)

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque