Mercredi 27 janvier 2021

Une œuvre de Marc Chagall préemptée lors de la vente « Hebey » à Drouot

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 2 avril 2012 - 418 mots

PARIS [02.04.12] – La maison de ventes aux enchères Camard & Associés a réalisé un chiffre d’affaires de 6,8 millions d’euros à l’occasion de la vente d'une partie de la collection d’art moderne de Pierre et Geneviève Hebey, le 27 mars. Parmi les pièces phares, « La route à Cranberry Lake » de Marc Chagall, initialement acquise par un collectionneur américain, a été préemptée par le Musée National Biblique Marc Chagall.PAR DORIANE LACROIX TSARANTANIS

La collection de l'avocat Pierre Hebey et de son épouse comprenait plusieurs œuvres de Marc Chagall, dont deux importantes huiles sur toile. Lors de la vente, la plus haute enchère a été portée sur L’écuyère datant de 1976, qui a été adjugée 1,13 million d'euros.

La route à Cranberry Lake de 1944, d’abord adjugée 863 586 euros à un collectionneur américain, a été ensuite préemptée par Bruno Gaudichon, conservateur en chef de La piscine (le musée d'art de Roubaix) pour le compte du Musée national Marc Chagall à Nice. Cette œuvre est dédicacée à Bella, l’épouse de l’artiste, décédée en 1944 aux Etats-Unis quelques jours avant de pouvoir regagner la France, qu’ils avaient dû fuir lors de la guerre. C’est ainsi l’un des derniers hommages de Marc Chagall à son épouse, dont la perte fût terrible pour l’artiste, incapable par la suite de peindre pendant plusieurs mois.

Sur les 129 sculptures, objets d'art, peintures et papiers présentés aux enchères le 27 mars, 73 ont été effectivement vendus. Bien que les oeuvres de Lucio Fontana, Bram Van Velde, Niki de Saint-Phalle et Eduardo Chillida aient trouvé preneurs, Veille de la mort de Roberto Matta, pièce pourtant importante estimée entre 1,2 et 1,5 million d'euros, n'a pas convaincu les acheteurs. Les sculptures « classiques » en bronze de la fin du XIXe siècle et du début XXe, prisées de Pierre Hebey, ainsi que  L'éternel printemps de Rodin, ont connu le même sort. La maison Camard & Associés, qui attendait entre « sept et huit millions d'euros » de la dispersion, estime que « c'est le signe d'un changement de goût des collectionneurs ».

La maison de ventes aux enchères entretient depuis trente ans des liens d'amitié avec le couple de vendeurs. Elle avait déjà organisé en 1999 la dispersion de 54 pièces de Jacques-Emile Ruhlmann, et la vente avait alors rapporté 44 millions de francs (6,7 millions d'euros). Pierre et Geneviève Hebey, grands collectionneurs d'Art déco, se sont aussi intéressé au Surréalisme et à l’Abstraction, à travers des œuvres de Fautrier, Poliakoff ou Jorn, entre autres.

Légende photo

Entrée du Musée national Marc Chagall à Nice - © Photo : Europe22 - 2011 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque