Mercredi 21 février 2018

Une nouvelle théorie sur la cause de la mort de Toutankhamon

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 25 juin 2010

HAMBOURG (ALLEMAGNE) [25.06.10] – Des scientifiques allemands remettent en cause la théorie selon laquelle le pharaon Toutankhamon serait mort de la conjugaison d’une maladie osseuse rare et du paludisme. Selon eux, sa mort pourrait être due à une maladie sanguine congénitale, la drépanocytose.

De quoi est vraiment mort Toutankhamon ? Ce mystère qui a pendant longtemps fait l’objet des spéculations les plus variées semblait être résolu en février dernier lorsqu’une équipe d’égyptologues et de scientifiques menée par le médiatique responsable des antiquités égyptiennes du musée du Caire, Zahi Hawass, avait annoncé que le célèbre pharaon était mort prématurément du paludisme associé à une maladie osseuse rare, la maladie de Köhler.

A priori, cette conclusion ne semble pas convaincre deux chercheurs de l’Institut Bernhardt-Nocht (BNI) pour les maladies tropicales de Hambourg (nord de l’Allemagne), Christian Timman et Christian Meyer, qui émettent des doutes quant à cette dernière théorie qu’ils jugent « plutôt invraisemblable » selon l’AFP. Dans un article publié dans la revue américaine The Journal of American Medical Association (JAMA) – la même où les conclusions de l’équipe avaient été publiées – les deux chercheurs privilégient la thèse d’une maladie congénitale appelée drépanocytose.

Cette maladie héréditaire se caractérise par une altération de l’hémoglobine – protéine qui assure le transport de l’oxygène dans le sang – due à une malformation des globules rouges. Elle peut entraîner d’importantes crises qui, répétées peuvent endommager certains organes et les os, dont la maladie de Köhler. La drépanocytose est particulièrement présente chez les populations d’Afrique subsaharienne, des Antilles, du Moyen-Orient ou du bassin méditerranéen.

Les chercheurs allemands fondent leur hypothèse sur les mêmes analyses scientifiques et génétiques que les égyptologues. Pour appuyer leur thèse, ils ont également souligné que la drépanocytose concordait avec la filiation du pharaon, précise le SpiegelOnline. L’étude avait établi, rappelons-le, que Toutankhamon était le fruit d’une relation incestueuse entre Akhénaton et sa sœur. Par ailleurs, ils précisent que le paludisme était particulièrement mortel chez les nourrissons et les enfants alors que le pharaon est mort à l’âge de 19 ans. Afin de confirmer leur théorie, les experts demandent que soient menés des examens plus spécifiques.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque