Dimanche 16 décembre 2018

Un nouveau chapitre s’ouvre pour le Mona Bismarck American Center après la vente d’un portrait de sa fondatrice

Par Stefan Cornic · lejournaldesarts.fr

Le 7 février 2013 - 463 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [07.02.13] – Le portrait de la comtesse Mona Bismarck, peint par Dali, a été vendu 2,6 millions d’euros chez Sotheby’s. L’American Center for art & culture de Paris, situé dans l’hôtel particulier de la comtesse, souhaite enrichir sa programmation et devenir un centre culturel incontournable.

Une nouvelle étape a été franchie par la Mona Bismarck Foundation. Après avoir changé de nom en 2011, devenant vingt-cinq ans après sa création, le Mona Bismarck American Center for art & culture, le centre opère une seconde « rupture » avec sa fondatrice, en vendant un de ses portraits. Le produit de la vente va permettre à cette institution de mettre en œuvre les dispositifs nécessaires afin de devenir « davantage un centre dédié à l’art et la culture américaine à Paris que par le passé », comme nous l’a déclaré son directeur, Eddie McDonnell.

En 1943, la très mondaine et mécène Mona Bismarck, alors Madame Harrison Williams, avait commandé au peintre Salvador Dali, son portrait. Née Strader aux Etats-Unis, Mona Bismarck (1897-1983) a été l’épouse du richissime homme d’affaires Harrison Williams. Après la mort de son époux, elle se remarie en 1955 avec le comte Edouard von Bismarck, ami proche et petit-fils du chancelier prussien Otto von Bismarck. Connue pour sa beauté, et son élégance, elle occupe régulièrement les pages de magazines comme Vogue.

Paradoxalement, et non sans une certaine provocation chère au peintre catalan, Dali avait décidé de la représenter en robe noire, qui penche davantage du côté du haillon que des robes de haute-couture dans lesquelles la comtesse avait forgé sa réputation. A cette époque, le peintre, exilé à New York, commence lui aussi à créer un mythe autour de sa personne. Il diversifie ses pratiques, et réalise notamment des portraits mondains.

Estimé entre 1,7 et 2,3 millions d’euros, Portrait of Mrs Harrison Williams, présenté pour la première fois sur le marché de l’art mardi 5 janvier 2013, a été adjugé 2 652 859 euros. Eddie McDonnell s’estime très satisfait puisque le portrait « a franchi la fourchette haute de l’estimation ». Le tableau constitue la deuxième enchère la plus élevée de cette vente, dédiée à l’art surréaliste par Sotheby’s, qui s’est tenue dans une salle comble. Les enchères ont très vite monté entre trois ou quatre personnes, dont une au téléphone, mais c’est un enchérisseur dans la salle qui a remporté la bataille.

Directeur depuis dix-huit mois, Eddie McDonnell souhaite « davantage ouvrir la capacité d’accueil de l’hôtel » au public, puisque seulement quelques salles sont actuellement exploitées. Il espère transformer cette ancienne résidence située sur les quais de Seine, dans le XVIème arrondissement en un centre culturel moderne et fonctionnel, et ainsi faire du Mona Bismarck American Center for art and culture, le lieu de la culture américaine à Paris.

Légende photo

Salvador Dali - Portrait of Mrs Harrison Williams (1943) - Courtesy www.sothebys.com

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque