Un musée turc lauréat du Prix du Musée du Conseil de l’Europe

Par Julien Rocha · lejournaldesarts.fr

Le 5 décembre 2013 - 486 mots

STRASBOURG [05.12.13] – Le musée Baksı, près de Bayburt en Turquie, s’est vu remettre le Prix du Musée du Conseil de l’Europe 2014 par l’Assemblée parlementaire du Conseil Européen.

La Commission de la Culture, de la Science, de l’Education et des Médias de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a décerné au musée Baksı, ouvert en 2010 dans la région de Bayburt, au nord-est de la Turquie, le Prix du Musée du Conseil de l’Europe 2014.

Le musée Baksı est un centre d’interaction culturelle, œuvre du peintre et professeur local Hüsamettin Koçan, destiné à désenclaver une zone rurale sous-développée. Il propose au sein de ses 300 000 m2 d’architecture contemporaine, situés au sommet d’une colline surplombant la vallée Çoruh, une exposition permanente mêlant des collections d’art contemporain à des peintures et objets d’artisanat issus du folklore et des traditions locales, des cycles de conférences et spectacles, une bibliothèque, ainsi que des ateliers visant à l’apprentissage de l’artisanat en voie de disparition dont les œuvres résultantes sont ensuite exposées au public.

Chaque année, un festival d’art des Enfants s’y tient et permet l’initiation et la promotion artistique des jeunes de la région. L’objectif de l’établissement est de « raviver un environnement bouleversé par les migrations, et de contribuer à la pérennité de la mémoire culturelle ».

Le Prix du Musée du Conseil de l’Europe, lancé en 1977, a pour but d’encourager la contribution des musées à une meilleure compréhension de la richesse du patrimoine européen. Selon la porte-parole de la Commission en charge du prix, Vesna Marjanovic, « [le musée Baskı], sa direction et ses activités sont un exemple très intéressant de la façon dont les principes de la Convention de Faro du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société, peuvent être adaptés pour répondre à des besoins locaux ». Il a été choisi face à deux autres candidats, le Bildmuseet de Umeå en Suède et le Mémorial Zanis Lipke de Riga en Lettonie. Le musée recevra un diplôme, une somme de 5000 €, ainsi qu’une statuette en bronze de Joan Miró, La Femme aux beaux seins, qu’il conservera un an avant de la remettre au lauréat de l’année suivante.

Contrairement à ce que la dénomination du prix laisse envisager, les candidats qui déposent leur candidature ne doivent pas forcément faire partie de l’Union européenne : les pays candidats à l’UE, les Nouveaux Pays Indépendants, les nations de l’espace Schengen, la Suisse, les Balkans et la Russie sont aussi éligibles. Parmi les lauréats précédents figurent notamment le Musée de Liverpool au Royaume-Uni en 2013, le Palais des beaux-arts de Lille en 1999, le Strelka Institute de Krasnoyarsk en Russie en 1998, ou encore la Fondation Joan Miró de Barcelone en 1977. La Turquie a déjà reçu deux fois le prix : en 1993, ex-æquo avec la Slovénie pour son Musée archéologique d’Istanbul, et en 2004 avec le Musée de la Santé d’Edirne.

Légende photo

Drapeau de la Turquie - source Wikimedia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque