Vendredi 22 novembre 2019

Un maire de district de Berlin souhaite enterrer le projet d’exposition permanente de cadavres plastinés

Par Isabelle Spicer (Correspondante à Berlin) · lejournaldesarts.fr

Le 4 juillet 2014 - 502 mots

BERLIN (ALLEMAGNE) [04.07.14] - Le très controversé plastinateur Gunther von Hagen avait obtenu le 15 avril dernier un permis de construire afin d’établir une exposition permanente de corps plastinés dans la tour de Télévision de Berlin. Le maire de district de Mitte souhaite enterrer le projet.

En février dernier, Gunther von Hagen avait annoncé son intention de créer une exposition permanente de corps plastinés dans la capitale allemande. La plastination est un processus de conservation durable de cadavres inventé par le scientifique allemand. L’exposition, prévue initialement à l’automne prochain, devait accueillir quelques 200 artefacts, parmi lesquels des corps plastinés et des organes humains, sur une surface de 1 200 mètres carrés.

Gunther von Hagens avait déposé à cet effet une demande de permis de construire auprès de la mairie de district de Berlin afin d’aménager des locaux sis dans le socle de l’emblématique tour de Télévision de l’ex-Berlin Est. Les services d’aménagement du territoire de la mairie de district s’étaient vu contraints d’accorder le permis de construire, le 15 avril dernier, puisque le projet ne contrevenait à aucune loi.

Cette information a provoqué un concert de protestations, politiques d’abord, parmi les diverses fractions de l’assemblée du district, religieuses, provenant de la paroisse évangélique située à proximité du projet d’exposition, et enfin citoyenne, les protestations les plus vives émanant des autres locataires de la tour de Berlin. La mairie de district avait toutefois précisé qu’elle avait contraint les organisateurs du projet à déposer une demande d’exemption à la loi d’inhumation du Land de Berlin auprès de ses services sanitaires. Le maire de district Christian Hanke s’est exprimé le 20 juin dernier à ce sujet dans un tabloid berlinois : « La loi interdit la présentation publique de cadavres ». « Pour prendre ma décision, je suis lié par la loi sur l’inhumation », ajoute-t-il. Cette loi sur l’inhumation dépend du Land de Berlin. « Le droit allemand prévoit une obligation d’enterrer les morts depuis des siècles, pour des raisons d’hygiène aussi bien que de piété », avait par ailleurs déclaré le maire dans un communiqué en mai dernier.

Gunther von Hagens pourrait se réclamer de deux exceptions possibles à la loi sur l’inhumation du Land de Berlin, en démontrant la portée artistique ou scientifique de son projet. La décision finale revient aux services sanitaires de la mairie de District. Dans l’éventualité peu probable où ceux-ci passeraient outre les consignes du maire, il resterait encore un recours aux opposants aux projets : invoquer la loi de protection de la jeunesse. Dans le Land de Rhénanie du Nord - Westphalie, les menaces d’interdiction de l’exposition de Balthus par l’office de la jeunesse avaient conduit le musée Folkwang à annuler préventivement l’exposition en février dernier. En France, l’exposition « Our Body, à corps ouvert » de Gunther von Hagens avait été également interdite à Paris en 2009. En septembre 2010, suite à un avis défavorable du Comité consultatif national d’éthique, la Cour de Cassation avait définitivement interdit l’exposition anatomique « Our Body » sur le territoire français.

Légendes photos

Cadavre plastiné par Gunther Von Hagens - © Photo Seamus Walsh - 2005 - Licence CC BY 2.0

La tour de télévision de Berlin, Allemagne - © Photo NeilK - 2010 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque