Vendredi 20 septembre 2019

Un juge refuse la demande des créanciers de la ville de Detroit de faire réévaluer la collection du musée

Par Kate Deimling (Correspondante à New York) · lejournaldesarts.fr

Le 19 mai 2014 - 337 mots

DETROIT (ETATS-UNIS) [19.05.14] - 4 fonds d’investissement ou maisons de ventes ont fait des propositions d’achat de la collection du musée. Mais la justice refuse que les œuvres sortent des murs pour une nouvelle estimation.

Le juge fédéral Steven Rhodes a refusé le 15 mai dernier, la demande des créanciers de la ville de Detroit d’emprunter les œuvres d’art des murs du musée pour effectuer leur propre évaluation. Le Detroit Institute of Arts s’était opposé à la demande, de crainte d’endommager les œuvres ou d’entraîner la fermeture de certaines parties du musée. Selon le Detroit Free Press, le juge a également refusé la demande des créanciers de consulter des documents du musée sur l’acquisition des œuvres. En revanche il leur permettra d’examiner les œuvres entreposées dans les réserves.

La ville de Detroit est en faillite depuis juillet dernier et la collection du musée est menacée d’être vendue. Christie’s a évalué la collection en décembre, en se limitant aux 2 800 œuvres acquises directement par la ville, soit 5 % de la collection. Les créanciers espéraient pouvoir obliger la ville à vendre une plus grande partie de la collection à un prix supérieur à la valeur estimée par Christie’s (entre 454 et 867 millions de dollars).

En avril, quatre entreprises ont fait des propositions d’achat, pour des prix entre un et deux milliards de dollars : Poly International Auction (Chine), Yuan Management Hong Kong, Art Capital Group et Catalyst Acquisitions. Mais ces entreprises veulent évaluer les œuvres elles-mêmes, ce que la décision du juge exclut. L’administrateur spécial Kevyn Orr s’était déjà opposé à ces propositions d’achat : « Si vous vendez les œuvres, vous aurez un impact sur la qualité de vie de la ville », a-t-il affirmé lors d’un entretien avec Bloomberg.

Selon le Detroit Free Press, le musée vient de demander à General Motors, Ford et Chrysler de contribuer jusqu’à 50 millions de dollars pour l’aider à trouver les 100 millions que le musée s’est engagé à recueillir dans le cadre du « Grand compromis ».

Légende photo

Detroit Institut of Art, Michigan, Etats-Unis - © Photo Quick fix -2012- Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque