Un artiste australien d’origine chinoise arrêté à Pékin après avoir évoqué le massacre de Tiananmen

Par Ismène Bouatouch · lejournaldesarts.fr

Le 4 juin 2014 - 492 mots

BEIJING (CHINE) [04.06.14] – L’artiste australien d’origine chinoise Guo Jian a été arrêté dimanche 1er juin 2014 à Beijing (Pékin), quelques heures après la publication d’une interview dans laquelle il évoquait l’une de ses œuvres, commémorative du massacre de Tiananmen.

L’artiste Guo Jian a été mis en détention par les autorités chinoises dans la soirée du dimanche 1er juin 2014. L’australien a été arrêté à son domicile, à Beijing, quelques heures après la publication d’une interview dans laquelle il se confiait au Financial Times sur les manifestations de la place Tiananmen, auxquelles il avait participé en 1989. L’artiste évoquait également dans l’article l’une de ses œuvres, une installation représentant la place Tiananmen recouverte de 160 kg d’émincés de viande.

Selon les proches de l’artiste, il est évident que la mise en détention de Guo Jian est liée à une tentative des autorités chinoises d’empêcher toute forme de commémoration à la veille du 25e anniversaire du massacre de Tiananmen, qui s’est déroulé le 4 juin 1989. L’artiste australien a pu contacter l’une de ses amies pour l’alerter de son transfert en centre de détention, duquel il ne sera libéré que 15 jours plus tard, selon les propos des agents de police.

« L’ambassade australienne à Beijing a contacté les autorités chinoises pour obtenir des informations sur la détention de Mr Guo Jian et pour montrer tout l’intérêt qu’elle porte à cette affaire », a expliqué un porte-parole du département australien des affaires étrangères au Sydney Morning Herald, avant d’ajouter « le gouvernement australien est prêt à fournir à Mr Gao toute l’aide consulaire qui lui sera nécessaire ». La ministre australienne des affaires étrangères, Julie Bishop, a quant à elle expliqué sur la chaîne de télévision Sky News : « Il est un citoyen australien, nous ferons donc tout notre possible pour le libérer dans le cas où il demeurerait en détention ».

Amnesty International a réagi le 2 juin 2014 à l’arrestation de Guo Jian, évoquant une « campagne de répression impitoyable menée par les autorités chinoises » et exigeant que les personnes mises en détention « pour avoir évoqué de manière pacifique le massacre de 1989 » soient « immédiatement libérées ». L’organisation a également dénoncé « des manœuvres d’intimidation visant les journalistes » durant les semaines précédant le 25e anniversaire du massacre.

Né à Beijing, Guo Jian est entré dans l’armée chinoise en 1979. Dix ans plus tard, il est étudiant aux beaux-arts lorsqu’il participe aux manifestations de la place Tiananmen et assiste au massacre qui y met fin le 4 juin 1989. Dans son interview au Financial Times, il affirme : « L’armée est considérée comme une institution respectable. Mais à Tiananmen j’ai réalisé qu’elle ne l’était pas, ils vous tueront du moment qu’ils en reçoivent l’ordre ».

Guo Jian s’est installé en Australie en 1992 et y a vécu pendant 13 ans, au cours desquels il a obtenu la nationalité australienne. Il est retourné vivre en Chine en 2005.

Légende photo

L'artiste Guo Jian - © Photo Guo Jian - 2014 - Licence CC BY 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque