Samedi 15 décembre 2018

Tracey Emin veut emménager en France pour payer moins d’impôts

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 6 octobre 2009 - 248 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [06.10.09] – Une des grandes figures de l’art contemporain anglais envisage de s’installer en France pour éviter un alourdissement de la fiscalité. Tracey Emin, représentante de la Grande-Bretagne à la Biennale de Venise en 2007, pourrait s’exiler.

Tracey Emin ne veut pas rester en Grande-Bretagne. Une imposition plus sévère, qui doit entrer en vigueur en avril 2010 prévoit une taxation de 50% sur les revenus supérieurs à 150 000 livres (163 000 euros), a mis en colère l’artiste anglaise. « Trop de choses ne marchent pas ici. Les taxes sont trop élevées, il n’y a pas assez d’encouragement à travailler plus, et nos politiciens m’ont poussé à bout. Tout coûte ici les yeux de la tête » a déclaré Tracey Emin au Sunday Times.

Elle prévoit de s’installer en France, où elle possède déjà un pied-à-terre dans le Var, car, selon elle, « les Français paient moins de taxes, et ils apprécient les arts et la culture » .
Sa colère s’adresse en particulier au gouvernement travailliste de Gordon Brown : « ce gouvernement travailliste n’a aucune compréhension pour les arts. [...] Nous avons ce que j’appelle « des politiciens de l’ambition » , qui vont de ministère en ministère pour des raisons carriéristes » .

L’artiste rejoint quelques grands noms qui ont déjà sauté le pas et se sont exilés pour des raisons financières, comme le directeur de EMI, une des grandes majors du disque, qui s’est installé à Guernesey il y a quelques mois.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque