Samedi 15 décembre 2018

Succès mitigé de « Bohèmes » au Grand Palais

Par Romain Bouvet · lejournaldesarts.fr

Le 17 janvier 2013 - 385 mots

PARIS [17.01.13] – Au terme de ses 94 jours d’ouverture, l’exposition « Bohèmes » a accueilli plus de 218 000 visiteurs, un succès relatif comparé à certaines manifestations passées du Grand Palais.

Présentée au Grand Palais depuis septembre dernier, l’exposition « Bohèmes » s’est clôturée lundi 14 janvier 2013, comptabilisant un total de 218 194 visiteurs. Après des débuts timides, l’exposition a connu une fréquentation sans cesse croissante, jusqu’à afficher une moyenne de 2 200 visiteurs par jour.

Si la RMN a jugé cette fréquentation « tout à fait honorable », on est tout de même loin des scores plus impressionnants que les « expositions phares » du Grand Palais génèrent habituellement. On pense évidemment au succès de l’exposition « Edward Hopper » qui, avec ses 580 000 visiteurs enregistrés depuis octobre 2012 s’offre le luxe d’une petite prolongation. Présentée durant la même période, il est d’ailleurs probable que la rétrospective ait fait de l’ombre au thème plus « traditionnel » de « Bohèmes ». Dans ce cas précis, le Grand palais se révèle être son propre concurrent.

Mais comparons ce qui est comparable. Dans la lignée des expositions thématiques présentées ces dernières années dans la Galerie Nationale de l’institution, « Bohèmes » se situe dans la moyenne. À titre d’exemple, « La grande parade, portrait de l’artiste en clown » présentée en 2004 n’avait attiré que 79 000 visiteurs. À l’inverse, l’exposition « Mélancolie, génie et folie en occident » accueillait plus de 3900 visiteurs par jour et affichait à sa clôture en janvier 2006 un total de 331 000 personnes.

Comment expliquer cet intérêt mesuré du public pour cette exposition ? Le principal défaut de « Bohèmes » c’est peut-être simplement d’avoir été là où on l’attendait. Car l’exposition n’explique finalement rien de plus sur la bohème et les bohémiens que ce que l’imaginaire collectif en connaissait déjà. Sylvain Amic, commissaire de la manifestation, avait clairement décrit cette volonté de montrer « La construction du mythe moderne, sur ces stéréotypes dont nous semblons encore prisonniers » qui était à l’origine de l’exposition. Traiter de la représentation du bohémien et de la vie de bohème des artistes au XIXe siècle dans la même exposition a également pu nuire à la lisibilité de l’ensemble. « Bohèmes » s’exposera à partir du 6 février 2013 à Madrid, à la Fundacion Mapfre.

Légende photo

Affiche de l'exposition « Bohèmes » au Grand Palais (Paris).

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque