Dimanche 17 novembre 2019

Sotheby’s France sur une bonne passe

Par Jean-Christophe Castelain · lejournaldesarts.fr

Le 7 juin 2013 - 498 mots

PARIS [07.06.13] - Dans le sillage de sa vente réussie de la veille en art contemporain, Sotheby’s France flirte avec les millions d’euros pour sa vente d’art moderne, sans toutefois battre le record de l’an dernier.

C’est sur un rythme lent, très lent, que Sotheby’s a dispersé jeudi 6 juin à 18 heures, 63 des 86 lots de sa grande vente de printemps d’art impressionniste et moderne (où il n’y avait que de l’art moderne). L’enjeu était moins de dépasser sa rivale Christie’s, qui avait perdu d’avance avec une vacation n’ayant pas atteint 6 millions d’euros le 28 mai dernier, que de dépasser le chiffre de l’an dernier. C’est raté, il manque un peu plus d’1 million d’euros (19,59 millions d’euros, frais compris), pour être au niveau de la vacation record de 2012 (20,7 millions d’euros).

Pourtant la maison de ventes avait gonflé le catalogue avec 86 lots contre 65 l’an dernier. Surtout, elle comptait sur deux Picasso cédés par la petite fille du maitre espagnol, Marina Picasso, qui destine le produit de cette vente à des causes humanitaires. Avec un prix de départ de 800 000 euros, Palette et Tête de taureau a été adjugée peu de temps après 1,16 million d’euros (hors frais) au téléphone juste au dessus de son estimation basse, tandis que Femme assise (Femme assise en robe grise), une huile sur toile de 1943, est montée à 3,35 millions d’euros plus près cette fois de l’estimation haute (3,5 millions d’euros).

À l'issue de la vacation, Marina Picasso s'est dite heureuse de ces deux résultats qui, s'ils sont raisonnables, n'ont toutefois pas déclenché l'enthousiasme attendu. « Je ne suis pas une habituée des ventes aux enchères auxquelles je n'ai jamais participé, mais j'espérais que les enchères s'envolent davantage. Je ne suis pas déçue, mais j'aime quand les gens sont très généreux. Et, ce soir, je n'ai pas ressenti l'emballement que j'attendais », a déclaré l'héritière du peintre, tout en admettant que « nous vivons une période difficile ». Marina Picasso, fortement engagée dans la cause des enfants et des adolescents en souffrance, réfléchit désormais aux associations qu'elle décidera d'aider, tout en confiant qu'il sera, cette fois, sans doute « plus utile de compléter un projet existant que d'en créer un nouveau ».

Chez Sotheby's, outre les deux Picasso, trois autres enchères ont dépassé le seuil symbolique du million d’euros, dont une toute petite figurine en bronze de Giacometti emportée après des enchères plus animées au téléphone, 2,3 millions d’euros (hors frais) dépassant cette fois l’estimation haute de 1,5 million d’euros.

Mais 19,59 millions d’euros (frais compris), cela reste un joli score pour la place parisienne. Ainsi en une seule vacation, Sotheby’s réalise le même CA que la 10ième SVV française en une année complète. Reste un paradoxe, comment la France, terre d’élection de l’art moderne, s’est-elle laissée déposséder par New York (175 millions d’euros chez Sotheby’s le 7 mai dernier) et même Londres (entre 88 et 125 millions d’euros, attendus le 19 juin) ?

Légende photo

Sotheby's Paris - Vue de la salle lors de la vente du 6 juin - © photo LS

Pablo Picasso - Palette et tête de taureau - daté 10.12.38 sur le châssis - Huile et encre sur toile - 73,5 x 92,1 cm - provenance Marina Picasso - Estimation 1/1,5 M€ - Vendu 1 393 500 € - Vente du 6 juin 2013 - source Sotheby's Paris

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque