Vendredi 30 octobre 2020

Rothko vandalisé : un homme arrêté

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 12 octobre 2012 - 276 mots

WORTHING (ROYAUME-UNI) [12.10.12] - Vladimir Umanets, l’homme à l’origine du graffiti sur Black on Maroon de Rothko, a été inculpé pour acte de vandalisme et placé en détention provisoire jusqu’au 16 octobre.

Vladimir Umanets, 26 ans, qui se prétend fondateur d’un mouvement dénommé « Yellowisme », a été arrêté lundi soir à Worthing par la police de Sussex après avoir donné plusieurs interviews à la presse dans lesquelles il revendique la paternité du graffiti sur la toile de Rothko. Un geste qu’il ne considère pas comme criminel, ni comme artistique d’ailleurs puisque « le Yellowisme n’est ni de l’art ni de l’anti-art » précise le manifeste du mouvement. « Je connais les conséquences juridiques [de mon geste], mais je ne pense pas avoir commis de crime. Au contraire, j’aimerais ne pas finir en prison » a-t-il déclaré à la BBC.

Il a été inculpé pour acte de vandalisme et appelé à comparaître devant le tribunal de Camberwell.

Vladimir Umanets (né Wlodzimierz Umaniec) a assisté à son audience mercredi via vidéo conférence depuis le poste de police de Peckham. L’inculpé n’a parlé que pour confirmer son âge (26 ans) et sa nationalité (polonaise). Son avocat, David Clark, a cependant annoncé qu’il plaidait non coupable.

La suite de l’audience est prévue pour le 16 octobre. En attendant, l’accusé reste en détention provisoire à Peckham.

La toile endommagée n’a pas encore été évaluée par la Tate Modern. Cependant, pour la procureur, Bandana Batra, elle pourrait avoisiner les 50 millions de livres (62 millions d’euros) a précisé le Telegraph, étant donné le record en date de l’artiste (près de 67,2 millions d’euros pour Orange, red, yellow obtenu en mai 2012).

Légende photo

Tate Modern, Londres, Royaume-Uni - © Photo Michael Reeve - 2004 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque